A Rebrousse-temps – Philip K. Dick

A rebrousse-tempsTitre Original : Counter-Clock World
Genre :
 
roman, science-fiction, uchronie, thriller, littérature américaine
Auteur : Philip K. Dick
Année :  1967
Nombre de pages : 252

Résumé : On est en 1998, et le cours du temps s’est inversé depuis une douzaine d’années : c’est l’effet Hobart, dont on ne connaît pas grand chose. Concrètement, comment ça se passe? Pour fumer une clope, tu prends un mégot dans le cendar, et elle se reconstitue. On accueille quelqu’un avec un « Au revoir » et on le congédie avec un « Bonjour ». On régurgite des plats dans une assiette pour les mettre au frigo puis les ramener au supermarché. A l’inverse, on va au « palais du sogum » pour… je vous laisse deviner. Les hommes s’empoilent le matin pour être présentables. Et le cours de la vie s’inverse aussi, de vieux, on rajeunit, jusqu’à devenir un bébé qui doit réintégrer une matrice. Les morts renaissent aussi à la vie, et des entreprises travaillent à déterrer ces cadavres et à les vendre au plus offrant.
Lors d’une tournée dans un petit cimetière, Sebastian Hermes, un ancien-né qui possède un vitarium, remarque une tombe où la vie ne va pas tarder à ressurgir. La tombe est un peu plus imposante que les autres, avec pour mention le nom de Thomas Peak. Après quelques recherches, il s’avère que l’Anarque a été un prophète en son temps, et que sa résurrection va déchaîner les passions et attirer les convoitises, voire sa mort va être franchement souhaitée. Que faire? Attendre qu’il finisse de revenir à la vie ou le sortir de là?

Ce que j’ai aimé : Le héros du bouquin, c’est ce temps qui repart à l’envers. C’est carrément flippant, voire horrible. C’est mon premier Philip K. Dick, et il a fallu que je m’accroche pour ne pas tomber à la renverse. Il nous raconte des choses, mais le plus intéressant est tout ce qu’on imagine à côté. Vraiment formidable. Merci à Madame Zinzin, pour cette lecture qui n’arrête pas de tourner en boucle dans mon cerveau, je ne verrai plus jamais le monde de la même manière ^^.

Ce que je n’ai pas aimé : Le côté thriller n’est pas le plus intéressant finalement, j’aurais aimé qu’il axe encore plus sur cet univers au temps inversé.

Note : 4/5

DianaCagothe

Docteur Futur – Philip K. Dick

docteurfuturTitre Original : Dr Futurity
Genre :
 
roman, science-fiction, fantastique, littérature américaine
Auteur : Philip K. Dick
Année :  1959
Nombre de pages : 224

Résumé : Alors moi quand j’attaque un Philip K. Dick, je me colle au fond de mon siège, je m’attache bien et dès la première page, je décolle tellement le gars il pond à chaque fois des scénars à couper le souffle. Là, c’est l’histoire de Jim Parsons, un médecin, qui se retrouve dès le début plongé dans un futur lointain sans comprendre pourquoi. Ce futur n’est peuplé que de gens jeunes, tout le monde se ressemble et un culte de la mort est omniprésent. On va découvrir qu’il y a un motif réel et qu’il a une mission bien précise en tant que médecin.

Le principe de l’histoire est le même qu’un Retour vers le futur – bien que moins high tech, aucune Deloréane à l’horizon – avec des actions menées dans le passé qui peuvent changer le futur et donc des interactions entre les deux et une énigme autour de ce thème. En généra,l les scénars qui mèlent plusieurs époques et du voyage temporel ne sont pas fastoches à imaginer et à retranscrire pour que le lecteur puisse suivre et là, on a un grand maître qui exerce sont art à la perfection. A un moment, on a l’impression qu’il y a tout de même un trou dans l’histoire, que K. Dick a eu du mal à ficeler une partie, qu’il est passé vite dessus parce qu’il a galéré et bien non, tout est calculé au millimètre, tout est expliqué et le plus génial dans tout ça c’est que ça reste lisible pour le lecteur moyen.

Ce que j’ai aimé : L’intrigue est excellente, l’écriture est parfaite, l’action est rythmée comme il faut.

Ce que je n’ai pas aimé : Très peu de technique voyage temporel ou médecine mais bon, pour un bouquin écrit dans les années 50, c’est dans le style de l’époque.

Note : 4/5

Tristan

Les marteaux de Vulcain – Philip K. Dick

lesmarteauxdevulcainTitre Original : Vulcan’s Hammer
Genre :
 
roman, science-fiction, fantastique
Auteur : Philip K. Dick
Année :  1960
Nombre de pages : 221

Résumé : C’est mon deuxième Philip K. Dick (le premier : Ubik) et là encore, quand je me suis plongé dans son univers, je n’ai pas dé-scotché du bouquin tellement ses concepts sont démentiels. Là, on a les humains qui se font diriger par un super ordinateur : Vulcain III. L’idée, c’est que cet ordi est enterré loin sous terre et que les dirigeants humains (en réalité « sous-dirigeants » car celui qui dirige le monde est notre Vulcain de l’histoire) lui apportent des questions (par l’intermédiaire d’un gus qui est un des protagonistes principaux). Le Vulcain, il enregistre la question et il pond une réponse. Ses réponses sont de tout ordre et ordonnent les choix politiques ou moraux de la planète. Pour alimenter sa base de connaissance, l’ordi pose également des questions et l’on doit y répondre, c’est de cette façon qu’il construit le mode de pensée à appliquer. Tout va donc presque bien dans le meilleur des mondes sauf que, bien sûr, un regroupement – « Les Sauveurs » – n’entend pas d’un bon œil un contrôle de la vie par un ordinateur.

Le livre a été écrit en 1960 et pour moi, il s’agit clairement un romain d’anticipation : le monde entier pose des questions à la même machine. Cette machine répond selon un ordonnancement de l’information qui lui est propre et qui nous est inconnu. Et ce même monde entier prend des décisions suite à ses réponses. Ça ne vous dit rien ?

Ce que j’ai aimé : L’écriture, le rythme, les concepts.

Ce que je n’ai pas aimé : La fin happy end (pas de spoil donc je m’arrête la.)

Note : 4/5

Tristan