Knock – Jules Romains

Posted on

KnockTitre Original : Knock
Genre :
 
théâtre, humour, littérature française
Auteur : Jules Romains
Année :  1920
Nombre de pages : 152

Résumé : Le Docteur Parpalaid, c’est un toubib qui n’en glande pas une ou presque. Sa patientèle est donc, on ne peut plus autonome, même si dans le coin, il n’y a pas l’air d’y avoir de rebouteux ou de sorcière. Bref, le Parpalaid, il essaie quand même d’enrober sa belle affaire comme un oeuf de Pâques pour la refourguer au Docteur Knock. Ne Pimp My Ride pas qui veut, le Knock, il sent le coup foireux, mais il a de la suite dans les idées et le sens du business. Il commence à se maquer avec le pharmacien, lance une consultation gratuite. Forcément, ça ramène du monde qui ne demande que ça, raconter sa misère. Il est tellement à l’écoute, que parfois même, ça en lance plus d’un à avoir la vocation de la maladie.
« LE TAMBOUR – Quand j’ai dîné, il y a des fois que je sens une espèce de démangeaison ici. Ça me chatouille, ou plutôt ça me gratouille.
KNOCK – Attention. Ne confondons pas. Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous. gratouille
LE TAMBOUR – Ça me gratouille. Mais ça me chatouille bien un peu aussi…
KNOCK – Est-ce que ça ne vous gratouille pas davantage quand vous avec mangé de la tête de veau à la vinaigrette ?
LE TAMBOUR – Je n’en mange jamais. Mais il me semble que si j’en mangeais, effectivement, çà me gratouillerait plus. »

Ce que j’ai aimé : Je suis retombée sur cette œuvre, que j’avais complètement oublié de l’intérieur, même si je me souviens d’y avoir passé quelques cours de français bien endiablés au collège. Et cette pièce est non seulement très drôle, avec des personnages bien bourrus et hyper bien dessinés, mais en plus son thème est très contemporain. Knock fait son fond de commerce sur la « peur maîtrisée » : ses clients vivaient très bien avant son arrivée, mais d’un coup, ils se découvrent des maladies qui ne les handicapent pas encore, mais qu’il faut surveiller comme de l’huile sur le feu. Et franchement, quand tu te promènes sur les internettes modernes avec un peu de recul, finalement en un siècle, ça n’a pas tellement bougé. Évidemment, parallèlement à cette lecture, vous conseille de vous taper l’intégrale du Pharmachien. Et d’emmener ce bouquin à votre prochaine consultation : il se lit très vite, et sera du plus bel effet dans la salle d’attente.

Ce que je n’ai pas aimé : Même si le thème reste très actuel, faut pas se leurrer, ça a un peu vieilli quand même.

Note : 3/5

DianaCagothe


De Pire en Pire – Matthieu Madénian

Posted on

De Pire en PireGenre :  essai, humour, littérature française
Auteur : Mathieu Madénian
Année :  2014
Nombre de pages : 182

Résumé : Alors ce bouquin, il y a eu une espèce de conjoncture cosmique pour qu’il arrive à moi. Un soir de benchmark de bar pour notre anniv’, avec mon comparse Kwaite, on a vu l’auteur accoudé au comptoir, dans ce que nous appellerons le bar de la Destinée. On s’est dit bingo-bang, signe du destin, une star dans notre bar (enfin, vite fait, parce que moi je voyais même pas qui c’était le gars). Et quand je rentre après ma beuverie, mon cher et tendre qui avait été missionné de brocante livresque, avait ramené l’objet qu’il avait été obligé d’acheter, parce que son groupe, c’est Worse & Worse.
Bon, ça c’est la petite histoire, mais revenons au bouquin. En fait, le mec, j’ai découvert qu’il sévissait sur le canap’ rouge de Drucker le dimanche, et une fois par an, il nous sort une compile bestouffe de ses meilleures chroniques sur papier, et de ses petites blagues télévisuelles.

Ce que j’ai aimé : L’appel du karma.

Ce que je n’ai pas aimé : JE SUIS TRES ENERVEE. Non, mais comment on peut te servir une telle daube à quinze bouliches? Mais pourquoi? Ça ne sert à rien, on ne rit jamais, c’est pas drôle, c’est toujours les mêmes vannes, assez mono-centrées sur le fait qu’il casse l’invité, il est arménien, et se taperait bien Adriana Karambeu (elle s’appelle toujours comme ça d’ailleurs?) Je ne suis vraiment pas d’accord sur cet objet, qui au pire, vous servira de torche-cul (si vous n’avez pas peur que ça vous gratte).

Note : 1/5

DianaCagothe


Et si c’était niais? – Pascal Fioretto

Posted on

Et si c'était niaisGenre :  roman, humour, littérature française
Auteur : Pascal Fioretto
Année :  2007
Nombre de pages : 210

Résumé : On est dans le milieu très feutré des grands écrivains qui donnent le ton aujourd’hui à chaque rentrée littéraire. Christine Anxiot, très en retard pour la remise de son manuscrit, disparaît mystérieusement. Denis-Henry Lévi tente le tout pour le tout, abandonne sa vie douillette et part en exploration de Barbès, puis disparaît aussi. Chiflon, le grand magnat de l’édition, lance alors le commissaire Adam Seberg sur l’enquête pour interroger les autres écrivains de la rentrée, avant que ceux-ci disparaissent corps et biens : Mélanie Nothlomb, Pascal Servan, Anna Galvauda, Jean-Christophe Rangé, etc…

Ce que j’ai aimé : Fioretto a bien su croquer tous ces grands médiatiques du paysage littéraire français. Sérieux, on se marre! Même si on ne les a pas tous lus, on les connaît au moins de la télé, donc on ne se sent jamais perdu.

Ce que je n’ai pas aimé : Je crois que ça ne m’en laissera pas un empreinte mémorable. A lire dans une salle d’attente de médecin généraliste, ça ne demandera pas trop d’efforts.

Note : 3/5

Plumpy Trash


Mémé Goes To Hollywood – Nadine Monfils

Posted on

Mémé Goes To HollywoodGenre :  roman, humour, action
Auteur : Nadine Monfils
Année :  2014
Nombre de pages : 228

Résumé : Bon ben c’est le retour de la vengeance de la mort qui tue la vie de Mémé Cornemuse. Si tu sais, la vieille cinglée des vacances du Serial Killer.
Mémé, elle a pour objectif de rencontrer Jean-Claude Vandamme à Hollywood et de se marier avec lui. Rien que ça, la folie des grandeurs…
Comme elle n’a pas le sou et que l’Amérique, elle veut l’avoir. Elle passe donc à la téloche pour se faire adopter. Elle se retrouve donc dans une famille Néchinoise, qu’elle se fait un plaisir de plumer pour partir dans un fourgon baraque à frites. Et patati, et patata.

Ce que j’ai aimé : Ca se lit très vite.

Ce que je n’ai pas aimé : Je ne sais pas ce qui m’a pris, mais j’ai eu envie de le lire. J’ai encore du succomber aux sirènes de la caravane en couv’. Ca n’a ni queue ni tête, mais ça n’est pas drôlement absurde. mais bon, j’ai déjà conchié à plusieurs reprises la Nadine. Impossible de faire une chronique digne de ce nom, j’oubliais le paragraphe lu une fois passé au suivant. J’ai du en reprendre des pages. Heureusement, il n’y en a pas trop, Belfond nous gratifie de nombreuses pages blanches, comme d’habitude. Le matin, je ne pars jamais sans une bonne centaine de pages devant  moi, au risque de tomber en rade, sinon, je pars avec un autre livre. Ben là, j’avais la dose requise (normalement) mais ça n’a pas suffit. Next.

Note : 1/5

Nancy


Voyages en Absurdie – Stéphane de Groodt

Posted on

 

Voyages en absurdieGenre :  nouvelles, humour
Auteur : Stéphane de Groodt
Année :  2013
Nombre de pages : 200

Résumé : Difficile de faire un résumé de ces chroniques. Stéphane de Groodt sévit sur Canal+ depuis quelques années avec ses « Retours vers le futur ». Il imagine des rencontres virtuelles avec des grands de ce monde, vivants ou morts. Ces rencontres sont généralement cocasses, et l’objet de jeux de mots à tours de bras. Et parce qu’une citation sera plus évidente :
« D’une simple touche sur mon clavier à spirale j’ai rencontré Reza Pahlavi, le fils de feu le Shah et de la chatte, ai vu danser Régine le twist à gaine, me suis transporté de la baraque d’Obama au jacuzzi de Silvio, me suis encastré dans Fidel, suis entré dans la reine, ai fait marcher Delon en large, ai été à la peine avec Jean-Marine, et laissé à terre Mitt… »

Ce que j’ai aimé : Ses jeux de mots sont vraiment très très forts, on a parfois du mal à le suivre, mais c’est ce qui fait son charme. Redécouvrir ses chroniques à l’écrit m’ont parfois éclairée sur certains jeux de mots. Et puis c’est un bon petit livre de WC pour vos invités, on lit une chronique et puis s’en va!

Ce que je n’ai pas aimé : Ça manque de nouveauté. Si comme moi tu es une fidèle fan, ça sent le réchauffé, j’aurais bien aimé des extra-bonux.

Note : 4/5

Nancy