La disparue de l’enfer – Honor Harrington 8 – David Weber

Posted on

honor-harrington,-tome-8-2---la-disparue-de-l-enfer-140728-250-400Titre Original : Echoes of Honor
Genre :
 
roman, science-fiction, space opéra, militaire
Auteur : David Weber
Année :  1998
Nombre de pages : 496 (tome 1) et 448 (tome 2)

Résumé : Honor Harrington a été capturée par les Havriens et est exécutée – du moins c’est ce que les vidéos de propagande montrent et le domaine Harrington cherche un successeur.

Je ne vous en dirais pas plus, j’ai, au bout de 100 pages, refermé le bouquin, il ne se passe désespérément rien. Alors oui, on entend parler d’un nouveau vaisseau super cool de la flotte mais on attend qu’il veuille bien décoller et, ça parle, ça parle, ça parle …

Ce que j’ai aimé : Les très nombreux détails dans les discussions entre protagonistes qui permet à un fanboy de mieux connaître l’univers. 

Ce que je n’ai pas aimé : Le genre space opéra militaire n’est pas respecté – où sont passés les militaires et les voyages spatiaux ? – , David Weber s’éloigne que ce qu’il fait de mieux et on s’ennuie à mourir. 

Note : 1/5

Tristan


Aux mains de l’ennemi Tome 2 – Honor Harrington 7 – David Weber

Posted on

 

auxmainsdelennemitome2Titre Original : In enemy hands
Genre :
 
roman, science-fiction, space opéra, militaire
Auteur : David Weber
Année :  1996
Nombre de pages : 288

Résumé : Après avoir lu un numéro précédent dénué d’intérêt, j’ai quand même attaqué ce volume tout en étant quand même circonspect quand à son issue. L’histoire démarre lentement – A ce sujet, je remarque que plus le cycle avance, plus l’action met du temps à arriver – et on a enfin droit à du grand art : Honor et son équipage sont emprisonnés dans un vaisseau ennemi, Honor est très malmenée par ses geôliers, les souffrances infligées à nos Manticoriens adorés nous prennent à la gorge et bien sûr, on aura le droit à une fin magistrale qui nous laissera bouche bée en refermant le livre.

Honor mal en point, humiliée, fragile, réduite psychologiquement et ne maîtrisant plus son destin est une situation qui ne nous avait pas encore été contée par David Weber. Il montre une facette de notre héroïne préférée que nous ne connaissions pas et surtout met en avant un immense dévouement de son équipage pour elle. On a envie d’ailleurs d’en faire partie et on vit un grand moment d’émotion dans une action qui retient notre souffle.

Merci à l’auteur pour ce grand moment, je fais tout de même une pause dans le cycle, le numéro suivant fait plus de 900 pages, ce qui laisse présager de longs et douloureux moments d’inaction à l’instar de Aux mains de l’ennemi Tome 1.

Ce que j’ai aimé : Une facette fragile d’Honor que nous ne connaissions pas et une action magistrale.

Ce que je n’ai pas aimé : Devoir enfiler un mauvais tome 1 pour avoir le droit de lire le tome 2.

Note : 4/5

Tristan


Aux mains de l’ennemi Tome 1 – Honor Harrington 7 – David Weber

Posted on

 

auxmainsdelennemitome1Titre Original : In enemy hands
Genre :
 
roman, science-fiction, space opéra, militaire
Auteur : David Weber
Année :  1996
Nombre de pages : 352

Résumé : Fan de la série depuis le 1er opus, je reconnais qu’il y a des hauts et des bas dans le cycle, on peut citer « Mission Basilic » et « Mascarade silésienne » comme les meilleurs et « Au champ du déshonneur » comme étant le moins bon, car plus orienté planet opéra que space op. Bref, David Weber nous sert tout de même un cycle bien écrit avec un univers bien travaillé, des protagonistes profonds, des scénarios de qualité et un fil directeur général du cycle qu’on a envie de suivre. Là, contrairement à ma précédente critique (Mascarade silésienne) qui a regroupé les tomes 1 et 2, je ne parlerais que du premier tome de « Aux mains de l’ennemi » :

L’auteur a donc probablement soit eu quelques déboires avec son éditeur, soit fait une tentative d’un autre style et nous sert ici un numéro bien en deçà de la qualité du cycle. Le bouquin fait 350 pages et pendant 300 pages, on a le droit à des discussions politiques ou des descriptions somnolentes, bref, il ne se passe r.i.e.n. Sur la fin, on a tout de même droit à Honor et le comte de Havre Blanc qui en pincent un peu l’un pour l’autre et une mission qui part dans l’espace (ouf). Le numéro est donc à éviter de toute urgence.

Je vous renvoie donc au résumé du premier tome par Wikipédia pour vous éviter de l’ouvrir et vous permettre d’attaquer directement le tome 2 (attention, l’article de Wikipédia fait un résumé des tomes 1 et 2, je ne vous conseille donc pas de le lire en entier à moins de ne pas être gêné par le spoil) :

Le triumvirat dirigeant le comité de salut public de la République populaire de Havre décide de nommer Esther McQueen au comité malgré la perte de l’Etoile de Trévor ainsi que d’autres systèmes, ceci à fin de redonner confiance à la flotte après toutes les purges et exécutions faites.

Honor revient sur Grayson accompagnée de son chat sylvestre Nimitz ainsi que de Samantha sa compagne et de leurs quatre chatons. Huit chats adultes les accompagnent pour les aider à élever les chatons et à établir une colonie extraplanétaire. Elle soupçonne les chats sylvestres d’être plus intelligents qu’ils ne le laissent paraitre. Pour le voyage, elle a acheté un yacht rapide le Paul Tankersley lors de l’arrivée un chat adulte, Farragut, adopte Miranda LaFollet première dame de la maisonnée Harrington. Honor qui a été promue commodore, discute des perspectives de développement des armements avec l’amiral de Havre-Blanc, ils s’affrontent. Havre-Blanc se rend compte qu’il a tort et surtout qu’il est attiré par elle. Honor a un coup de foudre pour lui mais c’est son supérieur hiérarchique et il est marié. Pour échapper à ses sentiments, Honor prend le commandement d’une escadre de croiseurs.

Ce que j’ai aimé : Les 50 dernières pages donnent tout de même envie de lire le tome 2.

Ce que je n’ai pas aimé : Le manque d’action et l’empêtrement de l’auteur dans des discussions ou des descriptions peut-être d’un certain intérêt si l’on souhaite creuser un peu plus le background de l’univers mais c’est tout.

Note : 1/5

Tristan


Mascarade Silésienne Tomes 1 et 2 – Honor Harrington 6 – David Weber

Posted on

 

mascaradesilesienneTitre Original : Honor among enemies
Genre :
 
roman, space opéra, militaire, science-fiction
Auteur : David Weber
Année :  1996
Nombre de pages : tome 1 : 320, tome 2 : 320

Résumé : Avec cet opus, on se rend compte que le cycle Honor Harrington est une succession de hauts et de bas, on a eu droit à du space op galactique, du planet opéra, certains mouvementés, d’autres plus mous et on s’accorde tous à dire que le tome 1 “Mission Basilic” est le meilleur. Et bien là, David Weber sert un tome 6 dans la même trempe que le tome 1 : notre héroïne adorée reprend du service dans l’armée de sa majesté et donc aux commandes d’une flotte. Le début est assez classique dans le genre, on a besoin d’une tête brulée pour réaliser une mission impossible et vous avez bien sûr deviné qui va relever le défi. Les champs classiques de l’univers sont abordés : le management, les rapports humains, et la stratégie de guerre.

Ce que j’ai aimé : Les stratégies de déplacements dans les combats, les descriptions des architectures des vaisseaux lors des avaries ou des maintenances.

Ce que je n’ai pas aimé : La lecture est un peu moins fluide que le cycle de la flotte perdue, il faut parfois s’y reprendre à deux fois pour bien visualiser certains mouvements de flottes.

Note : 5/5

Tristan


Pavillon de l’exil – Honor Harrington 5 – David Weber

Posted on

pavillondelexilTitre Original : Flag in exile
Genre :
 
roman, science-fiction, space opéra, militaire, littérature américaine
Auteur : David Weber
Année :  1995
Nombre de pages : 496

Résumé : David Weber nous emmène cette fois-ci non plus dans l’espace ni dans des histoires de duels mais sur la planète Grayson avec Honor en seigneur qui gère sa boîte de bâtiment. Elle va mettre toutes ses économies dans des constructions de dômes et – bien sur – il va y avoir un sabotage qui va faire effondrer toute une structure sur une école avec des enfants dedans. Inutile de vous préciser que tout va lui être mis sur le dos et qu’elle ne va pas lâcher les méchants qui ont fait ça.

Dans cet opus, David Weber transmet plus que jamais un certain nombre de messages sur le rôle des femmes dans la société et particulièrement à des postes de direction ainsi que sur la religion et une de ses dérives – l’intégrisme. On se dit que l’auteur a un vécu personnel fort du sujet, tellement ces sujets sont particulièrement bien amenés.

Ce que j’ai aimé : Les messages transmis par David Weber et bien sur qu’il sache toujours nous faire rêver au cinquième épisode.

Ce que je n’ai pas aimé : Rien

Note : 4/5

Tristan