Iles de l’espace – Arthur C. Clarke

Iles de l'espaceTitre Original : Islands in the sky
Genre :  roman, science-fiction, hard science, littérature anglaise
Auteur : Arthur C. Clarke
Année :  1952
Nombre de pages : 224

Résumé : Roy, un ado lambda du XXe siècle gagne un concours qui lui permet de voyager n’importe où sur la surface du globe, là où son désir veut le conduire. Mais Roy, c’est un petit malin : grâce aux bons conseils de son oncle juriste, il demande de voyager sur la station orbitale, qui, juridiquement est rattachée à la planète Terre. Parce que oui, à ce moment-là, on a un peu colonisé d’autres lieux du système solaire.
Roy passe donc quelques semaines à bord de la station, et on va y suivre son quotidien et ses aventures spatiales.

Ce que j’ai aimé : Le personnage de Roy est vraiment cool. C’est un ado comme en connaissent toutes les générations, à la fois se prenant comme un petit malin, à la fois émerveillé par tout ce qu’il découvre, à la fois un peu criant, à la fois curieux de ce qu’il vit et impliqué, parce qu’il se rend quand même compte de la chance qu’il a de vivre son aventure.
Ensuite, si on replace le roman dans son contexte historique, on voit que Clarke, bon comme le bon pain qu’il est, nous décrit un univers qui ne s’est pas forcément réalisé, mais qui reste crédible pour l’amateur de voyage dans l’espace. Et comme d’habitude, c’est un vrai plaisir de voir l’espace à travers ses yeux, car il est très bon pour nous faire voyager dans notre système solaire.
Enfin, comme tout bon roman, il y a quelques pistes de réflexion philosophiques qui sont lancées sur de grands thèmes traditionnels du genre : je repense notamment à la gestion des déchets en fonction des époques et la place de l’homme dans le grand tout. Mais, comme on regarde tout au travers des yeux d’un ado, les réflexions ne sont pas forcément poussées, ce sont juste des questionnements, que le lecteur pourra décider de triturer dans son cerveau ou pas.
Tout ça rend le roman très frais, très facile à lire et très distrayant. Je pense que ça peut être une bonne porte d’entrée pour les non amateurs du genre. Pour les autres, c’est un moment de détente assuré!

Ce que je n’ai pas aimé : Le bouquin a le défaut de sa qualité, il est très léger, et un peu court pour avoir vraiment le temps de se laisser emporter.

Note : 3/5

DianaCagothe

Lumière des jours enfuis – Arthur C. Clarke et Stephen Baxter

Lumière des jours enfuisTitre Original : The Light of other days
Genre :
 
 roman, science-fiction, hard science, littérature anglaise
Auteur : Arthur C. Clarke et Stephen Baxter
Année :  2000
Nombre de pages : 448

Résumé : On est dans quelques années. Un big astéroïde va se scratcher sur nous dans cinq siècles. Rien à faire pour l’arrêter, pas de Bruce Willis ni d’Aerosmith qui va se mettre à chanter à la fin. Donc on attend, plus ou moins sagement. Pendant ce temps-là, une nouvelle technologie est développée : la Camver. Au départ, on réussit à maitriser le concept du trou de ver pour relier deux points de l’espace ensemble et voir ce qu’il se passe « au bout du fil ». Ce qu’il y a de bien avec le machin, c’est qu’on peut être observé sans que ce soit détectable. Au fur et à mesure, l’outil se développe, devient accessible au plus grand nombre. Le côté pervers, c’est que c’est la fin totale et absolue de la vie privée. Alors, on a forcément des groupuscules qui veulent d’esquiver de ça, tout un tas de comportements qui changent etc. Mais le côté sympa du truc, c’est qu’on parvient également à explorer le passé. Et là, autant vous dire que, bon, l’histoire, les religions et les mythologies en prennent un coup!

Ce que j’ai aimé : C’est vrai que lorsqu’on essaie de résumer ce roman, ça paraît fouillis, tellement il y a de concept abordés : la fin et le début du monde, la vie privée, les trous de vers, le clonage. Mais on n’est pas avec des grands de la SF pour rien. Tout se tient incroyablement bien. Les personnages sont très attachants, même le très vénal Hiram à l’origine de tout ça. Une fois qu’on l’attaque, on ne lâche pas. Les apartés historiques sent incroyablement bien ficelés, avec notamment une très jolie réécriture de l’histoire de Jésus. Bref, encore un très bon roman de SF plutôt méconnu qui mériterait une meilleure place dans les bibliothèques.

Ce que je n’ai pas aimé : Pas grand chose.

Note : 4/5

DianaCagothe

Les Chants de la Terre Lointaine – Arthur C. Clarke

Les Chants de la Terre LointaineTitre Original : The Songs of distant Earth
Genre :
 
roman, science-fiction, hard science, littérature anglaise
Auteur : Arthur C. Clarke
Année :  1986
Nombre de pages : 352

Résumé : La Terre s’auto-détruit aux environs de l’an 3000 et les humains ont eu un millénaire pour se préparer. La science a donc eu quelques trucs à tester pour faire survivre l’humanité. Elle a commencé par envoyer des « vaisseaux-semeurs » sur les planètes potentiellement habitables. Ces vaisseaux contenaient du matériel génétique et des bibliothèques de connaissances, pour recréer une nouvelle humanité. Plusieurs siècles passent, sans pouvoir savoir si ces vaisseaux ont réellement réussi à semer, que l’échéance approche. On construit donc un super vaisseau, le Magellan, pour embarquer la crème de la crème de l’humanité et l’envoyer sur Sagan Deux, une planète viable. Sauf qu’à un moment donné, le vaisseau doit se ravitailler et il lui faut une planète pleine de flotte.
Ils déboulent donc sur Thalassa et là, oh miracle, ils se rendent compte que l’un des vieux vaisseaux semeurs a accompli sa tâche.

Ce que j’ai aimé : Pfiou, d’étranges sensations à la lecture de ce bouquin. Clarke nous transporte dans une nostalgie sans nom. La Terre n’est plus depuis très longtemps, mais tout nous ramène à elle, mais il faut bien continuer à aller de l’avant et vivre. C’est de la nostalgie, mais sans tristesse. Je pense que ce bouquin parlera beaucoup aux déracinés. En plus, les théories scientifiques sont plutôt coolement et habilement menées. Bref, un bouquin qui se tient vraiment bien.

Ce que je n’ai pas aimé : C’était long et court à la fois. Oui, dit comme ça, c’est plutôt bizarre. Long, parce qu’on tourne un peu en rond parfois, que ça en devient pesant. Et court, parce que certaines choses manquent de développement, comme par exemple les Scorps, les créatures sous-marines qu’on commence à découvrir mais qui sont finalement abandonnées. C’est bien dommage, il manquait peu de choses pour en faire un chef-d’œuvre.

Note : 4/5

DianaCagothe