Cœurs perdus en Atlantide – Stephen King

Posted on

coeurs perdus en AtlantideTitre Original : Hearts in Atlantis
Genre :
 
roman, nouvelles, fantastique, historique, drame, littérature américaine
Auteur : Stephen King
Année :  1999
Nombre de pages : 667

Résumé : Tout d’abord, je remercie la blogo de me permettre de faire un résumé cohérent.

On commence en 1960, Bobby, 11 ans, aime s’éclater avec ses potes, Carol et Sully-John, parce sa daronne, veuve, est un peu psycho-rigide, surtout avec le fric. Pour se faire un peu de pognon, la mère, secrétaire dans une agence immobilière, loue l’étage de sa maison à un retraité un peu mystérieux, Ted Brautigan. Le vieux et le môme vont se lier d’amitié, mais petit à petit, le vieux va commencer à partir un peu en live.
Quelques années plus tard, on se retrouve à la fac avec Pete. L’angoisse des jeunes à ce moment-là, c’est de ne pas se retrouvé enrôlé au Vietnam, mais ça ne les empêche pas d’être accros à la Dame de Pique au foyer. Pete découvrira ses premières émotions avec ses potes de chambrée, connaîtra l’insouciance malgré le couperêt au dessus de sa tête, avec les parties endiablées, la découverte des mouvements pacifistes, et les émois amoureux avec Carol.
Dans les années 80, Willie, un vétéran de la guerre du Vietnam gagne plutôt bien sa vie en faisant la manche. Il ne peut pas vraiment exercer de métier, vu qu’il perd la vue pendant plusieurs heures par jour, et cela lui arrive depuis qu’il a sauvé son conscrit Sully-John. Mais ce n’est pas tant la guerre qui l’a traumatisé, mais le fait qu’un été de 1960, avec ses potes, ils ont cassé la gueule et déboîté l’épaule de Carol.
Fin des années 90, Sully-John retrouve un vieux camarade de guerre lors d’un enterrement. Ils évoquent leur inéquation à la vie normale depuis leur retour.

Ce que j’ai aimé : Que ce soit un Stephen King, alors c’est plutôt pas trop mal écrit, on retrouve le Maine, un peu de fantastique au début.

Ce que je n’ai pas aimé : Bon, j’avoue, je n’avais pas jeté un oeil à la 4e de couv’, et ce fut une erreur fatale. Il s’agit d’un recueil de nouvelles reliées entre elles par l’amour des personnages pour Carol. Alors, si pour Fondation, j’avais bien compris le concept du changement constant de héros parce que la ligne temporelle l’y oblige, ici, ça n’a eu aucun sens pour moi. J’ai bien essayé de trouver un lien à tout ça, à part, le fantôme de Carol, mais ce fut peine perdue. Ce n’est que vers la fin que j’ai compris qu’il s’agissait d’un exercice de nostalgie de l’Amérique des années 60, perdue aujourd’hui comme l’Atlantide. Si l’exercice est plutôt réussi dans 22/11/63, parce que là encore, c’est nécessaire au besoin de l’intrigue, la mayonnaise ne prend pas ici. En plus, la première nouvelle étant empreinte de fantastique et pas les suivantes, je me suis sentie paumée. J’ai attendu un je-ne-sais-quoi. Bref, je referme ce roman/recueil plutôt long en plus, avec un fort sentiment de frustration et de temps volé perdu à tout jamais.

Note : 1/5

DianaCagothe


Celui qui attend et autres nouvelles – Ray Bradbury

Posted on

celui qui attendTitre Original : Celui qui attend et autres nouvelles
Genre :
 
nouvelles, science-fiction, fantastique, littérature américaine
Auteur : Ray Bradbury
Année :  1995
Nombre de pages : 95

Résumé : Il s’agit ici d’une compil un peu aléatoire comme on sait si bien les faire.
– Celui qui attend : une entité inconnue tapie au fond d’un puits voit débarquer les premiers hommes sur Mars. Ni une ni deux, elle prend corps dans un des astronautes, mais ça le tue, alors elle passe au suivant.
– La Fusée : alors que les voyages dans l’espace commencent à se démocratiser, un père de famille a réussi à économiser assez pour envoyer l’un des siens en fusée. Mais lequel choisir?
– La Pierre tombale : un couple investit un appart’ qui était occupé auparavant par un sculpteur. Le logeur leur demande un peu d’indulgence. En effet, une pierre tombale reste et sera enlevée le lendemain. Il va falloir passer la nuit avec cet étrange objet.
– Rencontre nocturne : sur Mars, un martien et un humain se rencontrent à la croisée du temps.
– Le jour de la grande exhumation : des morts sont déplacés dans un nouveau cimetière. Une grand-mère ouvre le cercueil de son premier fiancé, mort dans la fleur de l’âge, et le corps de celui-ci est intact.
– Icare Montgolfier Wright : tout est dans le nom de cet homme, qui veut clairement voler.
– Le Petit assassin : une mère accouche, et est persuadée que son nourrisson veut la tuer.
– Un coup de tonnerre : un croisement de La Machine à explorer le temps de H.G. Wells et Jurassic Park de Michael Crichton

Ce que j’ai aimé : Je l’ai mangé ce recueil. Presque tout est bon, dommage que ce soit trop court. Presque chaque titre aurait mérité un développement en roman. Si la SF vous fait peur, ou si vous voulez découvrir l’auteur, c’est une bonne porte d’entrée, à pas une thune en plus.

Ce que je n’ai pas aimé : Pas grand chose, si ce n’est la briéveté et Icare, qui n’avait pas tellement de sens pour moi.

Note : 4/5

DianaCagothe


Nuits-Lumière, mystères en Guillestrois – Pierre Bordage

Posted on

nuits-lumièreTitre Original : Nuits-Lumière, mystères en Guillestrois
Genre :
 
roman, fantastique, littérature française
Auteur : Pierre Bordage
Année :  2002
Nombre de pages : 94

Résumé : Frank, assistant réal, est avec Sarah, régisseuse, dans le Guillestrois (Hautes-Alpes) pendant quelques jours pour faire des repérages pour un film. Frank, c’est un peu le quadra qui entend arriver le démon de midi. Son couple bat de l’aile, et son unique fille, il l’aime, mais bon. Il espérait que ça lui ferait du bien de passer quelques jours loin de la maison, mais Sarah n’arrête pas de lui remonter les bretelles et de lui faire la morale. C’est sûr, ça n’aide pas à faire le point.
Comme bien souvent chez les mecs (en littérature, tout du moins), ça le fait fuir plutôt qu’autre chose, alors quand il rencontre Doriane, une blonde sulfureuse, pas à cause de ses nibards, mais plutôt par son côté évanescent, le sang de son zgègue ne fait qu’un tour et il se laisse embarquer dans l’aventure extra-conjugale. Doriane finir par disparaître en laissant derrière elle une énigme, que Frank sent bien qu’il devra résoudre pour la retrouver. Il fait alors alliance avec le premier venu, enfin un mec qui tombe vraiment bien, Arsène Lampard, qui est mystique et est à deux doigts de résoudre l’énigme qui le hante lui aussi depuis bien longtemps.

Ce que j’ai aimé : Le style simple et très léger de ce roman. Idéal pour une après-midi en terrasse, il ne demandera pas trop de concentration et surtout, ne nous amènera pas à réfléchir beaucoup.

Ce que je n’ai pas aimé : Le roman se lit comme un dépliant amélioré de l’office de tourisme de Guillestre. En effet, Bordage a écrit pour le festival Fantastic’Alpes qui se déroule dans la ville. On sent tout de suite qu’il s’est efforcé d’insérer tous les lieux remarquables du coin et a essayé de les relier en faisant une histoire un peu ouate-deux-phoque. C’est dommage, parce que moi aussi, je me serais bien laissé embarquer ailleurs par la chevelure filasse de Doriane, mais pas dans la lumière des Nuits-lumière. L’auteur aurait-il trop regardé Mystères, cette émission qui sévissait il y a fort longtemps sur TF1?

Note : 2/5

DianaCagothe


Wood’stown – Alphonse Daudet

Posted on

Wood'stownTitre Original : Wood’stown
Genre :  nouvelle, fantastique, littérature française
Auteur : Alphonse Daudet
Année :  1873
Nombre de pages : 10

Résumé : L’Homme, comme d’hab, ravage la nature. Là, on a une bande de colons qui veut s’installer près d’une rivière. Sauf qu’il y a une bonne grosse forêt qui ne se laisse pas faire.
Mais comme l’Homme, ça ne lâche jamais l’affaire, on y va à coup de lance-flammes. L’hiver aidant, ils arrivent même à construire quelques cahutes. Sauf que le printemps arrivant, la forêt va reprendre ses droits. 

Ce que j’ai aimé : Ah, la magie des bouquins libres de droits : on se lance dans des trucs dans lesquels on ne se serait jamais lancé. Ce proto planet opéra écolo n’a pas pris une ride question de sujet.

Ce que je n’ai pas aimé : Dix pages, c’est un peu court, ça aurait mérité un développement plus important. Ce goût d’inachevé lui donne un petit air publiable. J’aurais aimé que la forêt soit un personnage plus creusé.

Note : 2/5

DianaCagothe


Cuentos – Edgar Allan Poe

Posted on

CuentosTitre Original : Cuentos
Genre :
 
nouvelles, fantastique, horreur, polar, classique, littérature américaine
Auteur : Edgar Allan Poe
Année :  2009
Nombre de pages : 307

Résumé : Lors de vacances cette année, on a fini par trouver une librairie en Espagne, mais ça a été dur. Enfin bref, il fallait que je reparte avec un souvenir. J’ai tourné, retourné et retourné, quand mon chéri est apparu avec cet objet entre les mains, j’ai dit banco! C’était l’occasion pour moi de découvrir Poe (oui, honte à moi).
On retrouve dans cette édition hispanique du bicentenaire de sa naissance quatorze nouvelles assez différentes les unes des autres qui montrent un panel assez varié des thématiques abordées par Poe.
Tantôt, il aime se la jouer Sherlock, en enquêtant sur des des faits réels non élucidés, notamment lorsqu’il met en scène le personnage de Dupin, dans trois nouvelles, où celui-ci est vraiment plus futé que la police. Les autres nouvelles sont plus orientées dans un univers sombre, gothique et fantastique qui ont fait sa grande réputation.

Ce que j’ai aimé : Tout d’abord, je vais parler de l’objet. C’est, je crois, le premier livre neuf à couverture rigide qu’on m’offre. Tout de suite, ça plonge dans des sensations de lecture et un univers bien adapté au contenu.
J’ai donc fait durer ce livre, que j’ai mis des semaines à lire, par pur plaisir.
Concernant le contenu, j’ai découvert vraiment Poe. Oui, bon, c’est un classique, bla, bla. Mais il a vraiment une plume de qualité, et une capacité étonnante à te plonger, toi lecteur, dans des univers parallèles. Bref, j’ai adoré.

Ce que je n’ai pas aimé : Ca faisait très longtemps que je n’avais pas lu en espagnol, il a fallu faire de la gymnastique cérébrale.

Note : 4/5

DianaCagothe