Demain j’arrête ! – Gilles Legardinier

demain j'arrêteTitre Original : Demain j’arrête !
Genre :
 
roman, chick-lit, humoristique, littérature française
Auteur : Gilles Legardinier
Année :  2011
Nombre de pages : 350

Résumé : Julie, elle est la girl-next-door. Mais de qui? Ricardo Patatras. Quand Julie, un peu fofolle, un peu seuseule, voit apparaître ce nom ridicule sur une des boîtes aux lettres de l’immeuble, elle n’aura de cesse de tout faire pour savoir qui se cache derrière ce nom ridicule. Alors, quand au bout de quelques jours d’espionnage, elle finit nez à nez avec son mystérieux beau gosse de voisin, et qu’elle est la main coincée dans la boîte aux lettres de Ric. J’en dirais pas plus, ce serait un vilain spoil.

Ce que j’ai aimé : J’avoue, j’ai été bon public, je suis allée au bout du livre, et ce n’était pas gagné. Et j’ai même souri, alors que je déteste ça, un peu comme le chat de la couv’. Je pense que c’est parce que je lis très peu de littérature du genre.

Ce que je n’ai pas aimé : Oh mon gode, mais quel ramassis de clichés! La Julie, elle est cruche, mais à un point! Elle est incapable de vivre seule, sinon elle ne se serait pas farci un connard de zikos. Elle a une vie de merde avec un taf de merde, des copines toutes fofolles qu’elle déteste quand même un peu, parce que les filles, on ne peut pas simplement s’aimer d’amitié les unes, les autres. Elle s’amourache du premier venu, un peu mystérieux, avec un côté un peu badboyesque. Alors forcément, elle donne tout pour lui plaire. Heureusement qu’il a un côté autiste, sinon, un mec normal l’aurait prise pour une psychopathe. Lui, il a une libido proche du néant, ce qui nous permet d’assister pendant de longues pages au pendouillage de langue de Julie. Dans le proche entourage, on a l’ex-patron et l’ex-collègue qui deviennent tout à coup adorables, le boy-next-door, copain de toujours, lui aussi autiste, la copine qui s’est fait refaire les pare-chocs, débile mais pas trop, la fana de pompiers qui finit par abandonner sa quête et qui finalement en trouve un, la patronne, artisane, et donc avec beaucoup de bon sens et un côté mentor-maman…Ouaouh, vive la littérature… Si vous êtes fan de la femme publicitaire des années 50, ce livre est pour vous.

Note : 3/5

DianaCagothe

Le Journal Secret d’Amy Wingate – Willa Marsh

 

imagesTitre Original : Amy Wingate’s Journal
Genre :
 
 journal intime, chick-lit
Auteur : Willa Marsh
Année :  1996
Nombre de pages : 251

Résumé : Amy, une quinqua fringante mais un peu hystéro sur les bords, se rend chez son toubib pour comprendre pourquoi elle pète les plombs. Ah, saloperie d’hormones! Pas grand chose à faire, sinon tenir un journal, et analyser a posteriori les événements. Amy, prof à la retraite s’y colle donc (pour notre plus grand plaisir) On découvre donc sa vie : un couple d’amis trentenaires, beaux, riches, un peu trop merveilleux, qui ont l’impression de faire leur B.A. en socialisant un peu Amy. La maison d’Amy vaut le détour aussi, au bord d’une falaise et so tipically British.
Un jour, Amy va à la supérette. Elle y surprend un petit con en train de larciner. Au lieu de la jouer « position basse« , il la nargue. Elle lui court après, mais le jeune fringant est plus véloce. Après avoir déblatéré avec la propriétaire de l’épicerie, en mode mégère, Amy reprend sa voiture pour rentrer. Sur le chemin du retour, elle trouve le voleur assis sur le parapet d’un pont. Il la reconnaît et continue de la narguer avec ses petits larcins. Mais Amy, c’est une meuf qui en a : en sortant son bras par la vitre, elle pousse le petit merdeux par dessus le parapet. Cet événement va bouleverser la suite de sa vie, mais d’une manière assez inattendue.

Ce que j’ai aimé : Ça se lit assez vite, je crois l’avoir lu en à peu près deux jours. Encore une fois, ça n’est pas mon genre littéraire favori, mais j’ai été assez agréablement surprise. Et puis, sous ses airs guindés, Amy, c’est une meuf trash comme on les aime au village!

Ce que je n’ai pas aimé : Ca avait pourtant bien commencé, c’est si rare ce type de personnages. Mais c’est de la chick-lit, donc forcément, à un moment donné ça dégouline de la guimauve. C’est bien dommage!

NDLR: Merci à B(r)ouillon pour ce prêt, et toi tu en as pensé quoi?

Note : 4/5

Nancy

Maudit Karma – David Safier

Maudit KarmaTitre Original : Mieses Karma
Genre :
 
roman, chick-lit
Auteur : David Safier
Année :  2008
Nombre de pages : 343

Résumé : En ce moment, ma vie, mon œuvre, c’est le chaos. Mon temps de cerveau disponible est peu propice à la lecture. Alors, même si la chick-lit, c’est pas mon délire, j’avais, par hasard, déjà lu un petit quelque chose du même auteur. Comme j’avais passé un bon moment, et que le titre du présent roman résume à peu près bien ma vie, why not?
Je me suis donc plongée dans la vie de Kim Lange, star de la télé allemande. Bon, elle est mariée avec un gars trop gniangnian adorable et elle a une super petite fille. Mais ils sont un peu trop pas assez paillettes, elle s’emmerde. Kim pense que sa vie serait tellement mieux si elle couchait avec son concurrent Daniel. Bref, un jour sa triste vie tragique de femme du monde qui a trop de problèmes bascule dans la mort : ben oui, un satellite se scratche sur sa tronche. Kim meurt (super, pour de la chick lit, tu me diras?)
Mais comme il faut qu’on se marre un peu, elle se réincarne en fourmi (ce qui est un peu le has-been absolu de la réincarnation). Il va falloir qu’elle gagne un peu de bon Karma pour se réincarner en autre chose, parce que bon, la vie de fourmi, ce n’est génial que dans les bouquins de Werber, ou lorsqu’on adore la discipline.

Ce que j’ai aimé : Bouarf, ça mange pas de pain. On réfléchit pas trop. Le bouquin fait le job.
Ce que je n’ai pas aimé : C’est un peu lourdingue quand même, et plein de morale à deux balles. Next.

Note : 2/5

Nancy