La voix de la terre – Troisième humanité 3 – Bernard Werber

lavoixdelaterreTitre Original : La voix de la terre
Genre :
 
roman, fantastique
Auteur : Bernard Werber
Année :  2014
Nombre de pages : 570

Résumé : A ce stade du cycle, Bernard s’était arrêté à une critique de la société sur fond de construction d’une nouvelle humanité. Le deuxième opus était clairement bon mais il manquait cette petite touche qui nous a fait vibrer dans « Les Thanatonautes », une sorte de voyage initiatique vers autre chose qui nous porte à la frontière du réel et qui nous fait croire que nous ne sommes plus dans un roman fantastique mais dans un documentaire.

Là, nous ne lisons pas une histoire mais autant d’histoires que de futurs possibles (7) et tous ces univers avancent au même moment et au même endroit – sur terre … ou presque. Ces anticipations possibles sont « arbitrées » par Gaïa, la Terre. Ces lignes parallèles se positionnent, par moment rivales, par moment sous-divisées, ou même alliées. Vous aurez bien compris que sur le fond, les situations ne tiennent aucunement du fantastique et que l’auteur nous livre une critique de la société. La démarche analytique est extrêmement bien construite, on avait pris l’habitude.

Comme à son habitude, l’auteur enrobe tout ça dans une épopée extraordinaire qui mènera l’humanité quelque part … ou pas, on est scotché et les pages s’avalent à grande vitesse, c’est hyper bien écrit.

Ce que j’ai aimé : Les thèmes abordés, l’écriture, l’épopée fantastique de nos héros.

Ce que je n’ai pas aimé : Non, non et non ! A la fin du cycle des anges, notre Bernard favori avait saisi le potentiel et avait rebondi sur le cycle des dieux, et bien pourquoi pas là ?! Même pas une petite préparation en cours sur une suite de ce cycle ? En tout cas le potentiel d’un « après Troisième Humanité » est bien présent et devoir s’arrêter la comme ça est frustrant pour le fan que je suis. 

Note : 5/5

Tristan

Les micro humains – Troisième humanité 2 – Bernard Werber

lesmicrohumainsTitre Original : Les micro humains
Genre :
  
roman, fantastique, littérature française
Auteur : Bernard Werber
Année :  2013
Nombre de pages : 434

Résumé : Une fois avalé Troisième humanité, il m’a fallu attendre un an avant de voir sortir Micro humains. Bien qu’ayant bien aimé le premier opus et d’une nature impatiente, j’avais pas mal de retard livresque, l’attente n’a donc pas été trop douloureuse. Comme toute suite werberienne, on a donc ici la suite de l’histoire sans savoir combien on en a à dévorer pour en voir la fin. Cette suite met en scène les même protagonistes, à savoir les chercheurs qui ont conçu les Emachs et quelques Emachs bien choisis.

Le scénario tourne autour d’une question : les micro humains sont-ils des humains et nos chercheurs préférés vont cette fois-ci chercher à le démontrer aux yeux du monde. Evidemment, ça n’est pas très simple quand un groupe d’Emachs menés par la petite Emma 109 dirige un groupuscule terroriste dont le but est de se venger des humains qui les malmènent. En plus de ça, on en apprend un peu plus sur la première humanité et sa disparition.

Je ne l’ai lu qu’une fois mais le livre se lit à mon avis deux fois : la première fois on va suivre le scénar, l’action, les interactions entre les protagonistes et – bien qu’on soit moins en haleine que le premier bouquin – on ne va pas s’ennuyer. La deuxième fois, on va lire autre chose, Werber nous livre une quantité incroyable de points de vue concernant l’Homme – ça il adore, on n’est pas surpris -, la religion, la politique, la maltraitance, la société de consommation – là, le sujet tourne autour du hard discount des produits chinois – et c’est un vrai régal.

Ce que j’ai aimé : Ca se lit vite, on a deux plans de lecture et à la fin on se dit vivement le suivant.

Ce que je n’ai pas aimé : Un peu moins palpitant que le premier opus mais ça il fallait s’y attendre, Werber n’allait pas créer une quatrième humanité pour nous faire revivre le précédent bouquin.

Note : 4/5

Tristan

Le livre du voyage – Bernard Werber

lelivreduvoyageTitre Original : Le livre du voyage
Genre :
 
« OVNI » c’est un style littéraire ?
Auteur : Bernard Werber
Année :  1997
Nombre de pages : 66

Résumé : Il est tard, vous rentrez du boulot et vous tombez par hasard sur ce petit bouquin intitulé « Le livre du voyage ». Un feuilletage plus tard, toujours impossible à décrypter en diagonale, bon, il n’est pas long, je le commence maintenant et je le terminerais demain matin avant d’aller au taf – au même endroit où je l’ai laissé … sauf que vous allez y passer une heure aux petits coins, parce que vous ne pourrez pas décrocher du bouquin.

L’histoire est celle du lecteur qui devient un oiseau et qui va voyager dans plusieurs mondes : celui de l’air, celui de la terre, celui du feu et celui de l’eau. Dans ce voyage, le livre est soit un guide, soit un compagnon. Le guide nous immerge dans une trame scénaristique pendant que le compagnon nous aide à répondre aux questions posées. Ces réponses ne peuvent en effet pas être données par l’auteur car elle nous sont propres : le voyage est initiatique et embrasse un certain nombre de thèmes comme la peur, la mort, la malchance, le système, …

Alors si il y a bien un livre des WC c’est celui la : 66 pages, juste de quoi traîner une toute petite heure aux petits coins. L’auteur nous emmène dans un voyage et la seule chose que le lecteur ait à faire est de se laisser porter. On réfléchit aux thèmes posés. L’auteur, de son côté essaye de rester spectateur de nos réponses et nous endoctrine un peu mais pas trop de réponses toutes faîtes. On est la dans un univers complètement Werberien, avec un mélange de fantastique, d’onirique et aussi bien réel par les mises en situation.

Ce que j’ai aimé : L’idée du bouquin, le côté ovni.

Ce que je n’ai pas aimé : Difficile de trouver un point noir au livre, soit on adore, soit on déteste, je suis tombé dans la première catégorie.

Note : 4/5

Tristan

Troisième humanité – Troisième humanité 1 – Bernard Werber

troisiemehumaniteTitre Original : Troisième Humanité
Genre :
  roman, science-fiction, fantastique, littérature française
Auteur : Bernard Werber
Année :  2012
Nombre de pages : 502

Résumé : Quand on attaque un Werber, on sait à quoi s’attendre : une histoire d’abord plutôt banale et qui décolle ensuite vers un univers psychédélique. son précédent bouquin (le rire du cyclope) n’ayant pas vraiment été captivant, il fallait bien que Bernard reprenne du service et nous donne du Cycle-des-Dieux-like en veux tu en voila.

Et bien la, on est servi, ça démarre tranquillement par une équipe de paléontologues qui va farfouiller sur la calotte glaciaire et on s’attend bien à un truc qui va nous mettre en baleine : ces gugus nous dégotent un squelette congelé d’un homme de 10 mètres de haut. Vous aurez deviné que c’est la première humanité et le titre étant ce qu’il est, on devine le fil conducteur de l’histoire.

L’univers dans lequel nous plonge l’auteur est dans la même veine que dans le Cycle Des Dieux c’est à dire parfois onirique, parfois dramatique et parfois humoristique, c’est riche, ça fait voyager et on aime ça. Aucun détail n’est laissé au hasard ou sans une explication rationnelle, ce qui ne laisse jamais le lecteur dubitatif ou avec une impression de « mange ce que je te donne sans réfléchir et tais toi », bref ça tient la route.

Plusieurs histoires sont menées en parallèle toutes liées les unes aux autres de sorte qu’on n’ai pas le temps de s’endormir sur une histoire toute plate. Ces histoires construisent un scénario qui est plutôt bien bossé et même si les rebondissements sont un peu visibles à mille kilomètres on a envie d’en savoir plus.

En conclusion, ça se lit facilement, les 500 pages passent très vite et on attend impatiemment le tome 2, à réserver toutefois à un public Werberien averti qui peu vite dérouter certains.

Ce que j’ai aimé : L’univers très particulier de Werber, sa richesse, les émotions véhiculées, la réflexion sur l’Homme et l’avenir de l’humanité.

Ce que je n’ai pas aimé : Devoir attendre le tome 2.

Note : 4/5Tristan