Mémoire de mes putains tristes – Gabriel García Márquez

Mémoire de mes putains tristesMémoire de mes putains tristesTitre Original : Memoria de mis putas tristes
Genre :
 
roman, littérature hispanique
Auteur : Gabriel García Márquez
Année :  2004
Nombre de pages : 157

Résumé : Le narrateur, c’est Pervers Pépère. Oups, je m’égare. C’est un homme, journaliste et chroniqueur, qui se réveille à la veille de son quatre-vingt-dixième anniversaire avec une lubie : il veut une vierge. Pas la statuette en burka qui joint les mains, non, une donzelle à dépuceler. Bah tiens, il est venu le temps le temps des cathédrales.
Comme il a fréquenté du bordel au kilomètre, et qu’il a (presque) un peu de pognon, il a des contacts, notamment Rosa Cabarcas, tenancière en chef. Comme ce fût un bon client, et qu’une affaire, c’est une affaire, et qu’on ne va pas contre les volontés d’un mourant (même s’il peut encore triquer à mort), forcément elle lui dégote la minette tant convoitée.
Papy rentre dans la chambre pour profiter de ce qu’il s’est offert. Une petite jeunette à la peau dorée l’attend nue dans le lit, dormant, défoncée à la valériane parce que trop stressée par sa mission. Pervers pépère tombe sous le charme de celle qu’il surnommera désormais Delgadina (la maigrette). Il l’admire tant et si bien qu’il n’en fera rien, et viendra soir après soir la regarder dormir.

Ce que j’ai aimé : García Márquez a vraiment un style poétique et un don pour nous plonger dans une ambiance, un endroit, hors du temps, hors de nous. Son écriture est tellement belle! Ce roman vraiment court nous entraîne pourtant pendant longtemps.

Ce que je n’ai pas aimé : J’ai eu un peu de mal à ne pas me laisser obnubiler par le côté assez scabreux du pitch. Même si tout au final ceci n’est pas le vrai sujet de l’histoire, qui est plutôt un amour platonique d’une fin de vie.

Note : 3/5

Plumpy Trash

Laisser un commentaire