L’empire caché – Saga des sept soleils 1 – Kevin J. Anderson

lempirecacheTitre Original : Hidden Empire
Genre :
  
roman, science-fiction, space opéra, littérature américaine
Auteur : Kevin J. Anderson
Année : 2002
Nombre de pages : 670

Résumé : L’histoire commence par une expérience réalisée par la race humaine : transformer une géante gazeuse en soleil grâce à un trou noir afin de terraformer ses lunes pour y habiter (fastoche quoi).On découvre les races / factions de l’univers : des humains (classique), les humains à la peau verte (déclinaison de la race précédente sauf qu’il kiffent les arbres, un peu style les elfes), les Vagabonds (les clodos de l’histoire mais ils sont quand même hyper cools), les Ildirans (des vrais extraterrestres à la Star Trek) et les Klikiss (des robots intelligents mais on sait pas trop d’où ils viennent et eux non plus d’ailleurs).

Dans chaque race, on a plusieurs protagonistes, ce qui fait grave du monde dans l’histoire mais l’auteur a plutôt bien géré ce point parce que les chapitres sont courts et ne mettent en scène qu’un seul personnage principal – Le titre du chapitre est d’ailleurs celui du personnage du chapitre.

L’univers et ce qu’il s’y passe est assez classique du space opéra : du commerce, de la politique et de l’exploration. Malheureusement, les scènes de guerre sont trop peu nombreuses à mon gout, même si les combats sont joués d’avance, j’aurais aimé un peu plus de feu de l’action et me régaler avec de la tôle de vaisseau spatial froissée.

Dans l’ensemble, j’ai plutôt bien aimé, on ne se lasse pas du bouquin, chaque chapitre raconte son histoire et la multiplicité des protagonistes et donc des chapitres et donc des histoires reste lisible malgré tout. Le pavé de 670 pages se termine avec une envie de lire le deuxième opus donc pari gagné pour Kevin qui semble t-il n’a pas que des amis dans l’univers impitoyable du best-seller SF.

Ce que j’ai aimé : L’univers, le thème, le scénario

Ce que je n’ai pas aimé : Vous le savez, je n’aime pas les pavés (Pavé pour moi = plus de 400 pages), c’est quand même long 670 pages, il aurait pu ne pas faire figurer certains chapitres sans importance et faire moins de pages. Pour moi un auteur qui n’arrive pas à faire tenir son histoire dans 400 pages, il a du mal à tenir le lecteur en haleine. Bon, la ça passe mais c’est un peu limite.

Note : 3/5
Tristan

Laisser un commentaire