Le Trône de fer – Le Trône de fer 1 – George R.R. Martin

Le Trône de ferTitre Original : A Game of Thrones
Genre :
 
fantasy, roman, politique, littérature américaine
Auteur : George R.R. Martin
Année :  1996
Nombre de pages : 476

Résumé : J’inspire un grand coup, je retiens mon souffle et c’est parti. Ça faisait bien une quinzaine d’années que ce premier tome était dans ma PAL. En tant que grande fan de fantasy, je savais que je n’y couperai pas dans ma vie. Mais je ne sais pas, je retardais un peu le moment. Un peu, quinze ans. J’avoue que l’arrivée de la série télé m’a mis un gros coup de pression. Et comme il est impensable que je regarde avant d’avoir lu, j’en ai eu marre de faire chier dans mes soirées jeux de rôle à brailler « Shhhhhh, pas de spoil! ». Donc après une première tentative avortée il y a deux ans, je n’ai plus lâché le morceau cette année. Mais venons-en au fait.
Nous sommes donc au Royaume des Sept Couronnes, où les saisons durent plusieurs années. L’été se termine, et on suit d’un peu plus près la famille Stark, en chef du domaine de Winterfell. Ned, le père, est un homme d’honneur, père de plusieurs enfants, dont l’aîné, Jon, est un bâtard. Son meilleur pote, c’est le roi Baratheon, un soudard mais homme d’honneur, qui en revanche, est marié à une Lannister, la famille « amour, gloire, beauté » mais surtout pouvoir et richesse. Quand Robert, le roi, propose à Ned de devenir la Main du Roi, espèce de bras droit du souverain, la famille Stark va devoir trouver sa place dans l’échiquier politique et les intrigues de la Cour.

Ce que j’ai aimé : L’univers, très riche. On compare souvent Martin à Tolkien. En fait, il ne s’agit pas tellement au niveau du type épique de la Terre du Milieu, mais c’est sur la construction historique et la documentation : on rentre dans un monde qui semble réel, parce qu’on visionne le moindre détail et que tout est contextualisé. Une fois également qu’on a réussi à faire connaissance avec les personnages, ils sont tous attachants, assez peu manichéens. Chacun roule pour ses propres raisons, avec sa propre morale, mais ils sont fidèles à eux-mêmes.

Ce que je n’ai pas aimé : Ce premier tome est assez barbant, de par sa fonction de mise en place de l’action. Plein de personnages (et pourtant, je suis assez amatrice de complexité dans les romans) qu’on n’arrive pas toujours à distinguer. Et de la politique à mort, ce qui a tendance à me rebuter. Toutefois, c’est suffisamment prometteur pour que je laisse une chance à la saga.

Note : 3/5

Plumpy Trash

Comments

  1. By TiNiko

    Répondre

  2. By madameZ

    Répondre

    • Répondre

Laisser un commentaire