Junk – Melvin Burgess

JunkTitre Original : Junk
Genre :
 
 roman, jeunesse
Auteur : Melvin Burgess
Année :  1996
Nombre de pages : 415

Résumé : Bon, faut-il vraiment faire un résumé de tout ça? On a un titre bien « Parental Advisory – Explicit Lyrics », une jeune gothopouf (qu’elle est mignonne!) en train de faire mumuse avec une aiguille à plumes. Ouais bon, les plumes, wotdafoque, mais tu comprends, les goths, c’est des romantiques. Mouais, mouais… On va laisser les clichés aux mecs du market et on va faire une virée chez les anglais.
Junk, c’est tout d’abord un peu la partouze du journal intime. Attention, avant que vous approchiez dangereusement la main de votre baguette, je vais m’expliquer : chaque chapitre nous raconte le point de vue d’un des personnages comme s’il s’exprimait dans son carnet de secret girl.
L’histoire commence autour de Nico et Gemma, deux petits adolescents n’amoureux. Les parents de Nico sont alcoolos et le daron laisse son poing voltiger dans les pifs plus que de raison. Il est frappafingue de Gemma. Elle, elle a 14 ans, des parents juste chiants, s’en fout un peu de Nico, mais a un peu pitié de lui.
Pour échapper à tout ça, le petit Nico décide de fuguer. Heureusement pour lui, il fait de « bonnes rencontres » grâce à son côté sage. On lui trouve rapidement un squat, tout commence à bien rouler pour lui. Gemma décide de le rejoindre. Mais la meuf, son kif à elle, c’est l’aventure; Nico n’est qu’un prétexte pour vivre la grande vie toute seule. Gemma se laissera donc appeler par les chants de l’héro, histoire de vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre, comme dirait l’autre.

Ce que j’ai aimé : Bon, j’avoue, j’étais à moitié en terrain conquis, parce que les histoires d’adolescents et de drogue, ça me parle et ça me plaît. Pour le coup, le bouquin fait le job. En plus, on se laisse entraîner à leurs aventures. Et puis, vive le punk, quoi!

Ce que je n’ai pas aimé : Comme bien souvent dans les romans jeunesse, les persos ont un côté « trop propre sur eux ». Ca perd en piquant. Mais ça plaira sûrement aux moins de 14 ans!

Note : 5/5

Plumpy Trash

Laisser un commentaire