Alors, quoi de neuf ?

Non, le WC n’est pas mort, ça bouquine toujours… Pour  preuve, ce book haul de la muerte :

View this post on Instagram

Bilan des vacances... PAL +11 #bookstagram

A post shared by Nanc' (@nanc_troll) on

Les 6 premiers viennent de Bouqui’Disk au 15 rue des Petits Gras à Clermont-Ferrand. Une petite boutique qui vaut vraiment le coup. J’y ai vu une édition numérotée de La nouvelle Justine de Sade dont je n’ai même pas osé demander le prix… Pour les amateurs de SFFF et surtout d’oldies, le rayon est bien fourni. J’y ai même vu des premières éditions de Fleuve Noir Anticipation que je n’avais jamais vu nulle part, mais qui étaient un peu trop chères à mon goût. Donc le bilan :

  • Cor Serpentis : une anthologie d’auteurs russes de SF, paru en 1957, imprimé en Russie. #pépite
  • Metalikus –  Maurice Limat : parce qu’il fallait que je reparte avec un FNA
  • Repères dans l’infini – Jean-Pierre Andrevon : pour l’auteur et c’est mon premier Denoël – Présence du Futur dans les premières éditions
  • Traque-La-Mort : pour l’auteur également et c’est aussi mon premier Lattès – Titres/SF
  • Bilbo le Hobbit de J.R.R. Tolkien : première édition française, qui va compléter ma première édition française de poche du Seigneur des Anneaux et ma première édition française du Silmarillion. Je commence à avoir une bonne collec’ tolkienesque
  • Le Monstre de Métal d’Abraham Merritt : mon premier Hachette – Le Rayon Fantastique. Je ne connais que la nef d’Ishtar de l’auteur et j’avais moyennement aimé donc, j’ai décidé de donner une seconde chance à l’auteur.

Ensuite, je suis allée du côté de Bourges. Tout d’abord, je me suis baladée dans le Jardin des Prés-Fichaux, joli jardin art déco qui avait une boîte à livres. J’y ai donc ponctionné :

  • Une Rose au Paradis de René Barjavel : un des rares trucs de l’auteur que je n’ai pas lu.

Puis ensuite, en me baladant, je suis allée chez Futur Archaïque au 16 rue d’Auron. Là, il faut prendre son courage à deux mains pour explorer les doubles rangées de livres sous des piles. J’ai quand même fini par moissonner :

  • Mars de Ben Bova : parce que c’est un classique de la littérature martienne à avoir lu
  • Terreur de Dan Simmons : Hypérion, c’était tellement bien, que j’ai envie d’approfondir
  • Les Larmes du Cardinal de Pierre Pevel : pour le pitch un peu fou qui parle du cardinal Richelieu et de dragons
  • Villa Vortex de Maurice G. Dantec : il est temps que j’y revienne.

Alors, c’est lequel qui vous branche le plus?

 

Challenge S4F3S2

Je sais, je suis un peu en dents de scie sur le blog en ce moment : avec les grèves, et la surcharge de taf, j’ai pas mal pris la bagnole pour aller bosser, et ça se ressent sur mon rythme de lecture. En même temps, j’ai comme qui dirait un peu une panne. Je commence des livres, ne les finis pas.
Bref, c’est la morosité. Et comme la blogo fourmille de bonnes idées pour se motiver et rendre la lecture sportive, je suis tombée pour une fois, sur un challenge qui me tentait (il a un acronyme imbitable, mais qui ouvre l’imaginaire).
Je suis tombée sur le blog de Xapur, un sfffeux qui fait de bonnes chroniques. L’année dernière, il avait déjà mis le challenge en place, mais j’étais passée à côté. On retrouve pour une saison 2 le Summer Short Stories of SFFF.
Le but, c’est de lire de l’imaginaire : science-fiction, fantasy, fantastique. Pour le côté « Short », il faut que ce soient des bouquins entre 80 et 350 pages : ça va sûrement remédier à ma panne, les petites crottes, ça passe toujours mieux.
Pour le côté « Summer », même si j’ai du mal à y croire, Summer is coming et le challenge durera du 20 juin au 22 septembre.
Côté PAL (aka Pile à Lire), je ne me suis pas mis une grosse pression : je vais lire tous mes Librio et les quelques uns qu’il me reste de Kwaite et que je veux lui rendre.Pour certains, j’ai comme un doute sur le côté SFFF, mais je vais les (re)lire, pour m’ôter tout doute.
les cinq cents millions de la begumfaustla pierre parlantepolariscontes fantastiques de noël
la dimension fantastique 2la dimension fantastique 3le futur a déjà commencénuits-lumièrecelui qui attend
Je viendrai mettre à jour le billet au fur et à mesure of cœurse. Bisous bisous, et joyeux summer.DianaCagothe
PS: voici les livres vraiment lus, t’as plus qu’à cliquer sur les couv’.
citoyen de la galaxie

WC, le meilleur endroit pour lire, tu crois pas si bien dire…

Bon, depuis, que j’ai déménagé, je me dis que les cartons de livres, ça pèse un max. Et pour certains, je sens qu’il est temps qu’ils volent vers d’autres cieux. Non pas parce que je ne les ai pas aimé, ni parce que je ne les relirai pas…

Au départ, je me suis demandé si j’allais ouvrir une boutique sur un site de vente d’occasion. Mais, ça me branche pas : beaucoup de logistique, une vente quasiment à perte, et un échange inexistant sur le bouquin, mais sur la rapidité et la qualité du colis. Courir comme une dératée après les commentaires positifs? Très peu pour moi…

Je me suis alors intéressée au concept du bookcrossing :

« Le bookcrossing, autrement appelé BC ou BX, est un phénomène mondial dont le principe est de faire circuler des livres en les « libérant » dans la nature pour qu’ils puissent être retrouvés et lus par d’autres personnes, qui les relâcheront à leur tour.

La base du bookcrossing est un site web, qui permet principalement d’enregistrer les livres et de suivre leur parcours. Si quelqu’un décide de relâcher un livre en bookcrossing, il obtient sur le site un numéro identifiant unique (BCID pour BookCrossing identifier) qui permet de garder trace du voyage du livre. »

Le concept, j’adore, le site, j’y pane pas un poisson au martini. Alors, bon, je me dis que la structure, c’est définitivement pas mon truc. Mais à force de me turlupiner, je me suis dit que j’avais pas besoin de structure pour lancer mes petites bouteilles à la mer. Et puis, ça faisait longtemps qu’on lisait beaucoup ici, mais qu’on ne voyageait pas beaucoup dans le tréfonds de l’humanité.

Alors, je prépare mes petits livres, avec un petit mot dedans, je les cellophane, parce qu’un accident est si vite arrivé.

 

Je viendrai mettre ce billet à jour, avec des miniatures et les billets des livres, en fonction des envolées lyriques et prosaïques de mes chouchous. Si tu en as trouvé un, clique sur la couv’ et laisse nous un petit mot, ça mettra des papillons dans mon cœur !

Guide de Survie en territoire ZombieLes Justes

 

 

 

 

 

DianaCagothe

[Magazine] – Lire, Hors Série n°20 : Le Trône de Fer

LireComme vous le savez, je suis en plein dans la saga du moment, ET que je n’ai pas regardé la série, histoire de laisser de la place à mon imagination. Forcément, aujourd’hui, il est difficile pour moi d’imaginer Ned Stark autrement que sous les traits de Sean Bean (Boromir <3). lovenedMais, quand j’ai vu les affiches pour ce hors série, je n’ai pas pu m’en empêcher.
Alors, il y a quoi de beau dans le bouzin? Tout d’abord, il y a tout au long des pages des illustrations qui claquent leur mère, et ça, ça fait plaisir.
On se met en bouche avec l’édito de François Busnel, le mythique monsieur Bouquin de La Grande Librairie sur France 5 : comme il est plutôt bon dans son domaine et qu’il a l’air plutôt sympa, t’as envie de continuer à lire.
Tu te mets en bouche avec tout ce qui est un peu annexe, notamment l’illustration et le merchandising, puis on passe à un entretien fleuuuuuuuuuuuuuuuve (comme son oeuvre) de George R.R. Martin. Bon, ça fait plaisir, je l’ai découvert sous un autre jour, moi qui le voyait comme un vieux capitaine Haddock bougon, et puis on te fait aussi découvrir le reste de son oeuvre (moi, ça m’a donné envie d’aller voir ailleurs, du coup).
Et puis après, on rentre dans le coeur du sujet : on décortique les origines du monde, la cartographie du monde, les familles, qui sont très importantes dans la saga, les jeux de pouvoir des uns et des autres. On analyse pas mal aussi, la philosophie, la religion, la politique, la comparaison avec notre société, avec le Moyen Age.
On trouve même uWinteriscomingn chapitre à découvrir en avant-première : c’est la seule chose que je n’ai pas dévoré, je me le garde précieusement pour quand j’aurai fini ma lecture des bouquins et pour patienter à la suite.cerseibitch
Le magazine parle aussi bien du bouquin que de la série, donc en fonction de ton avancement à l’un ou à l’autre, tu auras forcément quelques spoils bien involontaires, mais that’s life! A toi d’occulter ce que tu auras découvert!
Bref, non seulement tu as de quoi lire (cent pages bien fournies, j’y ai bien mis les deux siestes du week-end), mais c’est également un bon guide annexe à ta compréhension de l’oeuvre.
En revanche, je ne saurai que te conseiller d’aller rapidement chez tout bon marchand de journaux, parce qu’il a l’air sorti depuis un moment.

DianaCagothe

[Expo] Sade – Marquis de l’ombre, prince des Lumières – L’éventail des libertinages du XVIe au XXe siècle

Sade - Marquis de l'ombre, prince des Lumières - L'éventail des libertinages du XVIe au XXe siècleSi tu te souviens bien, on avait ouvert les portes du WC avec ma chronique sur les 120 journées de Sodome : j’avais conchié le livre mais je lui avais quand même donné un 5/5 parce que quand t’as du mythe devant toi, ça te remue les tripes, et c’est un peu ce que ça m’avait fait, même si c’était pour une légendaire diarrhée.

En tout cas, il s’agit du maître à penser de mon keum, donc, pour son anniv’ je l’ai trimbalé à l’une des expos commémoratives du 200e anniversaire de sa mort.

Tout le monde te rebat les oreilles avec le Musée d’Orsay, t’inquiète, on y va bientôt. Là, il s’agit de l’institut des Lettres et des Manuscrits (et non pas le Musée des Lettres et des Manuscrits, te fais pas avoir, comme nous) qui nous présente plein, plein de manuscrits et d’édition originales : forcément, c’est carrément leur rayon. Leur pièce maîtresse, c’est THE rouleau du manuscrit des 120 journées. L’objet est entouré de toute une mythologie : enfermé pour la énième fois à la Bastille, sans jamais avoir été jugé, Sade, au fond de sa folie, avait rédigé cette compil’ best touffe des perversions et horreurs et a pleuré des larmes de sang en croyant le rouleau perdu lors de la chute de la Bastille. Forcément retrouvé, caché, sulfureux à souhait, objet de batailles juridiques incessantes, il est aujourd’hui à la vue de tous pour la modique somme de 5 euros. Alors forcément, tout pauvres qu’on est, on s’est quand même pas privés.

L’expo nous présente, au travers d’un couloir rouge (un boudoir sexy de bordel? un vagin ragnagneux?) jalonné de rideaux hymenesques à traverser, nous présente le libertinage, plus des idées que sexuel, même si forcément tout est lié.

Sade2 Sade1

Ce qui m’a le plus ému quand même, c’était de voir un écrit de Molière, me demande pas pourquoi, et celle de Casanova. Pour mon mec, c’était de lire les ratures de Gainsbourg. J’ai également bien aimé comment l’expo conchie un peu l’idée 2.0 du libertinage à coup de chanteuses rousses et de clubs échangistes.

Conclusion, tu peux traîner tes guêtres Rive Gauche sans problème, pour 5 euros, ça vaut le coup!

En souvenir, j’ai quand même ramené ça, coming soon aux WC:

sade3Nancy