Le messie de Dune – Dune 2 – Frank Herbert

Posted on

le-messie-de-duneTitre Original : Dune Messiah
Genre :
 
 roman,  science-fiction, littérature américaine
Auteur : Frank Herbert
Année :  1972
Nombre de pages : 264

Résumé : Paul Atréides a vaincu l’empereur Padishah et a pris sa place. Le voici donc Empereur entouré de sa garde rapprochée: sa meuf Chani, sa fausse meuf Irulan (la fille de l’empereur qui n’est là que pour des raisons politiques), sa mère Jessica et sa sœur Alia . Son problème est, outre déjouer les différents pièges des opposants, qu’il se retrouve coincé dans sa vision presciente et ça sera d’ailleurs le nœud central du romain: comment peut on encore influer sur le monde si on connait déjà tout à l’avance ? Ajoutez à cela ces chacals du Bene Tleilax qui lui offrent un ghola (clone d’un mort mais pas que, parce qu’on parle des Tleilaxu) Duncan Idaho et c’est le bordel dans la tête de Paul. Comment tenir son sentier d’or et assurer la survie de l’humanité alors que ses visions ne sont que désastre et chaos?

Ce que j’ai aimé : le tiraillement de Paul et le problème lié à la prescience et sa sœur qui va devenir complètement tarée. Ça se lit vite et bien et Scytale fait son entrée dans la ronde.

Ce que je n’ai pas aimé : c’est un roman de transition et on le sent bien. Paul est dans l’impasse, il faut le faire disparaître. C’est un peu chiant parce qu’il ne fait qu’hésiter et hésiter, il était plus sûr de lui quand il a pris la tête des Fremen.

Note : 4/5 (ça reste le cycle de Dune, faut pas déconner quand même)
Kwaite

 


Les Chroniques de San Francisco – Armistead Maupin

Posted on

Chroniques de San Francisco

Titre Original : Tales of the City
Genre :
 
Roman
Auteur : Armistead Maupin
Année :  1978
Nombre de pages : 380

Résumé : Ça se passe dans les 70’s. Mary-Ann en a marre de sa ville natale moisie. Elle part à San Francisco (la traduction du titre est carrément le spoil des 3 premières pages, une honte) et emménage chez Mme Madrigal. Nous allons suivre la petite vie de cette maisonnée, entre petits boulots, histoires d’amour château-branlants, soirées homo et réception mondaines.

 

Ce que j’ai aimé : ça se lit facilement, ça n’oblige pas à une réflexion ultra compliquée. C’est un peu le livre du dimanche après midi pendant la sieste de ton chéri. J’ai bien aimé Mme Madrigal qui gère sa maison comme une bonne petite famille et qui offre un joint aux nouveaux arrivés.
Ce que je n’ai pas aimé : Ben, je me suis ennuyé (comme un dimanche après midi quand ton chéri fait la sieste) et je n’ai pas compris l’engouement de plusieurs personnes de mon entourage pour ce bouquin (je les invite à venir le chroniquer ici). Je sais qu’il y a une foultitude de suite mais j’ai pas assez de foi pour les lire. Je m’arrêterai là. Je pense que les romans feuilleton, c’est pas trop ma tasse de tisane.

 

Note : 2 sur 5

Kwaite


L’Étoile et le Fouet – Le Cycle des Saboteurs 1 – Frank Herbert

Posted on

étoile et le fouetTitre Original : Whipping Star
Genre :
 
roman, science-fiction, space opéra, littérature américaine
Auteur : Frank Herbert
Année :  1970
Nombre de pages : 232

Résumé : L’histoire se passe dans l’univers des cosentience, un endroit où l’administration va tellement vite que l’on a été obligé de créer un bureau de saboteurs pour lui mettre des bâtons dans les roues. McKie, saboteur extraordinaire, est envoyé pour enquêter sur la folie qui s’empare de populations entières (avec tout plein de morts aussi) et sur une bouboule qui a atterri comme une merde sur une plage. A l’intérieur se trouve une calibane, un être multidimensionnel avec qui McKie va tenter de communiquer pour trouver ce qui se trame dans tout ce bordel.

Ce que j’ai aimé : L’éternel canisiège, toujours là, fidèle au poste. Et puis, c’est un tout petit bouquin et c’est Herbert (chabadabada). L’histoire se tient bien et j’étais comme une tourterelle heureuse quand McKie et la Calibane essayaient de se comprendre parce qu’une bonne partie du roman est basée sur la communication. Allez, j’attaque la suite.

Ce que je n’ai pas aimé : Comme toujours, aucune information sur qui est quoi. On est inondé de termes comme un orage de grêle sur ta gueule en plein mariage au milieu d’un champs: Pan Spechi, taprisiote,… Je connais le zozo donc ça me dérange pas mais ça peut en perturber certains.

Note : 4/5

  Kwaite


Diam’s autobiographie – Mélanie Georgiades

Posted on

Diam's - autobiographieTitre Original : Diam’s autobiographie
Genre :
 
biographie
Auteur : Mélanie Georgiades
Année :  2012
Nombre de pages : 352

Résumé : La petite Mélanie aime bien rapper. Ça lui permet d’exorciser un peu son mal être. Nous allons donc la suivre, de toute minotte à la fin de sa carrière de rappeuse et son retrait de sous les projecteurs. Des MJC à La Boulette, de grandes tournées à ses vacances à l’île Maurice, sa vie d’artiste puis sa lente descente dans l’enfer de la dépression à son investissement dans des associations caritatives y sont décrites. Elle a écrit ce livre pour expliquer à ses fans ainsi qu’à ses détracteurs comment elle a trouvé la paix et sa renaissance à travers sa conversion à l’Islam.

DIam's - extrait

Ce que j’ai aimé : il est léger, le bouquin se lit bien, à part quelques passages un peu relou (je déteste quand on a des pleines pages de citation du Coran – mais c’est pareil quand Tolkien nous sort ses chansons dans le SDA ou Zola qui décrit sur 28 pages un pré de pissenlits). J’ai lu ce livre parce que, d’une part, j’aime beaucoup ses chansons et que, d’autre part, je voulais en savoir plus sur ses motivations pour avoir voulu d’un coup se convertir à une religion. Et puis c’est aussi l’histoire de cette artiste, qui a fait de superbes textes et de son parcours personnel pour réussir à exorciser ses démons.
Ce que je n’ai pas aimé : C’est une autobiographie, certes mais pas si exhaustive que ça. Il y a des pans qui ne sont jamais abordés: la rencontre avec son mari par exemple qui doit tenir en une demi phrase, pourtant, moi ça me semblait aller de pair avec la sérénité son mariage, mais bon, soit!  Et les moments où elle s’extasie sur le monde quand elle commence sa lecture du Coran, c’est un peu éreintant: regarde Chacha, un arc en ciel, c’est trop génial ! Oh regarde Chacha, un chaton mort, c’est super chouette !

 

Note : 3/5

  Kwaite


La Nuit des Temps – René Barjavel

Posted on

La Nuit des Temps - BarjavelTitre Original : La Nuit des Temps
Genre :
 
roman, anticipation, littérature française, science-fiction
Auteur : René Barjavel
Année :  1968
Nombre de pages : 410

Résumé : Une expédition scientifique découvre, planquée dans le sous sol de l’Antarctique, un truc chelou. Tellement chelou qu’une super méga coordination scientifique mondiale se mettra en place pour en percer les mystères. Le monde entier assiste, quasiment en direct, à cette découverte : un œuf en or refermant deux gens, sortes d’Adam et Eve d’un passé révolu. Image illustrative de l'article La Nuit des temps

Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Au fil des pages, nous découvrirons leur historie et d’où ils viennent.

Ce que j’ai aimé : TOUT, toujours et tout le temps. J’ai lu ce bouquin au collège et il est rare que je ne le relise pas au moins tous les deux ans. Je trouve que c’est un joli conte (travaillons tous main dans la main pour un monde meilleur) et l’histoire pourrait totalement s’inscrire dans la nôtre.
Pour me redonner envie de lire, il me fallait une valeur sûre, un truc qui se lise à la cool après l‘indigeste vieux. Tu peux même le faire lire à ton adolescent boutonneux parce que ça devrait lui parler à lui aussi.

Ce que je n’ai pas aimé : La fin, mais c’est une quelque-chose que je retrouve souvent dans les bouquins que je lis : trop abrupte, genre, je dois aller faire caca, alors je finis vite d’écrire une fin et on en parle plus.

Note : 5/5

  Kwaite