Un enfant du rock – Thierry Taittinger

Posted on

Un enfant du rockTitre Original : Un enfant du rock
Genre :
 
biographie, nouvelles, essai, littérature française
Auteur : Thierry Taittinger
Année :  2008
Nombre de pages : 160

Résumé : Difficile de résumer ce petit concentré en quelques mots, tellement ça part dans tous les sens. Thierry Taittinger nous livre des chroniques autant sur la musique que ses souvenirs, pas forcément liés à la musique.
Il ouvre le bal avec la rencontre entre John Lennon et Paul McCartney, une histoire de deux ados un poil romancée. Puis vogue entre des histoires de bluesmen, les origines du rock et des souvenirs personnels, comme ses virées dans le Paris by night.

Ce que j’ai aimé : C’est vraiment un livre à mettre aux WC. Vos convives se régaleront de ces historiettes qui se lisent en quelques minutes, qui sont plutôt pas mal écrites et se laissent avaler, pendant que vous déchargez la marchandise.

Ce que je n’ai pas aimé : Si j’ai été très enthousiaste au départ, je me suis vite demandé quel était l’objectif de cette compil’. Au départ, on m’a vendu du rock, alors ok, au départ, c’est pas mal. Mais, à partir de la seconde moitié, ça s’effiloche. Je ne sais si c’est un choix artistique, ou s’il fallait remplir, mais on a quelques chroniques qui nous relatent des souvenirs personnels, et ces chroniques sont complètement hors de propos : par exemple, Thierry Taittinger nous raconte une croisière qu’il aurait fait adolescent avec ses parents. Pourquoi? Non seulement on s’en tamponne le coquillard, mais ça n’a rien à voir avec ce que nous laisse imaginer le titre et la 4e de couv’. Et évidemment, ça se finit par des histoires autour du monde du sexe, un peu à la Paris Dernière, mais sans le talent et juste avec le côté pathétique. Au moment où j’en arrive à ce stade de la lecture, j’ai déjà acheté, bordel, pas de besoin de dévoiler systématiquement du cuissot! Bref, si vous tombez dessus, feuilletez, mais ça vaut vraiment pas le coup de l’acheter.

Note : 2/5

DianaCagothe


Elric des Dragons – Elric 1 – Michael Moorcock

Posted on

Elric des dragonsTitre Original : Elric of Melniboné
Genre :
 
roman, fantasy, littérature américaine
Auteur : Michael Moorcok
Année :  1972
Nombre de pages : 1972

Résumé : C’est la décadanse (oui, à défaut d’être la Soca Dance) à Melniboné. Ah, il est loin le temps glorieux de la sublime Ile aux Dragons. Bon, ce pays a toujours une terrible aura dans les Jeunes Royaumes, d’abord par sa position imprenable au bout d’un labyrinthe de rochers marins (malin…). Enfin, y’a quand même des dragons, qui pioncent beaucoup, certes, et puis de grands sorciers, et ce fut le pays des légendaires épées Stormbringer et Mournblade, avant qu’elles disparaissent, autant à tout jamais que la Belle dormira au Bois. Matez-moi cet empereur sur la couv’. Il ne paie pas de mine, l’Albinos, hein? Toujours obligé de se défoncer pour avoir un peu d’énergie, un peu femmelette dans ce monde très beuargh-beuargh-coup-de-poing-sur-la-poitrine. Il est amoureux de sa cousine Cymoril, mais le cousin, Yrkoon, préfèrerait consaguiner avec elle. Et tant qu’à faire, il se verrait aussi bien calife à la place du calife.
Forcément, il va profiter d’une bataillounette navale, pour, à défaut de couler mon porte-avions, pichenetter Elric par dessus bord. Mais, mais, comme tu as pu le constater dans le titre, on n’en est qu’au premier tome du cycle…

Ce que j’ai aimé : Je rentre enfin dans ce cycle mythique. Car, oui, il m’a échappé pendant toutes ces années. Si tu aimes que ça aille vie, de l’action, et tout le babouin, c’est fait pour toi. Il y a plein de tomes, mais ils sont gros comme de la peau de chat. Fonce! Si t’es amateur du genre, il y a tout le bazar du style : du dragon (même si on n’en a pas encore trop vu), de la grosse épée, du muscle, de la sorcellerie, du chaos, et toutes sortes d’alignements rôlistiques). Et puis Elric, qui fait beaucoup penser à Lestat, est quand même plutôt pas mal travaillé. Tu ne sais pas tellement comment il va basculer, il te surprend là où tu ne l’attends pas.

Ce que je n’ai pas aimé : Il y a quand même de bons gros clichés du genre, mais forcément, quand tu en es un monument. Sinon, toutes mes malédictions vont à l’auteur et à l’éditeur pour deux raisons :
– La préface : on est d’accord, on débute un cycle pour y passer un bon moment, s’identifier à des persos, vivre leurs aventures, bref, le tourbillon de la vie… Alors pourquoi, mais alors pourquoi RACONTER LA FIN DU CYCLE DANS LA PREFACE???
– La postface : je croyais avoir tout vu dans la préface, mais non, également de TRES GROS SPOILS sur la suite du cycle.

Je vous hais tous…

Note : 3/5

DianaCagothe


L’Epave – Serge Brussolo

Posted on

L'épaveTitre Original : L’épave
Genre :
 
roman, fantastique, horreur, littérature française
Auteur : Serge Brussolo
Année :  1988
Nombre de pages : 288

Résumé : On est dans une ville sombre et étrange, et si on me disait que le soleil ne se lève pas sur cet endroit, que ça m’étonnerait pas. C’est le bord de mer, mais pas du genre à villégiature et dames à chapeaux.
Un jeune commis d’apothicaire rêve d’aventure en mer : normal, on n’a pas envie de fabriquer d’étranges sirops foireux, encore moins d’aller bosser à l’usine de produits chimiques qui a ruiné la santé et le mental de moitié de la population. Et puis, la ville ne se remet pas de ses relents sulfureux, depuis qu’un théâtre d’automates a été détruit, parce que des victimes y étaient sacrifiées tous les soirs devant une foule hystérique.
Alors évidemment, quand on a 17 ans, on aimerait partir de cet endroit à tout prix, quitte à embarquer avec un capitaine un peu louche dans un navire scabreux, déterrer des trésors d’épaves enfouies au milieu des mers.

Ce que j’ai aimé : Oh la vache, c’est dark de chez dark. Mais ça ne tombe pas dans l’excès, c’est pourquoi on s’embarque aussi dans cette traversée folle, quitte à en faire des cauchemars. En plus, c’est complètement barré, il y a des pirates, des fantômes, des démons. Un bon petit roman pour retourner dans les affres des transports.

Ce que je n’ai pas aimé : C’est bien, mais pas inoubliable.

Note : 4/5

DianaCagothe


Wild – Cheryl Strayed

Posted on

wildTitre Original : Wild
Genre :
 
biographie, aventures, littérature américaine
Auteur : Cheryl Strayed
Année :  2012
Nombre de pages : 504

Résumé : Cheryl, petite fille d’une famille recomposée, dont le père a peu ou prou disparu, vit avec son frère et sa soeur, sa maman et son beau-père. Tout ça grandit dans une cabane, dans un délire écolo-nature. Quand Cheryl devient adulte, à la petite vingtaine, sa mère meurt très vite d’un cancer du poumon, elle qui n’avait jamais clopé et qui était la reine de la nature… Forcément, Cheryl, elle comprend pas… Elle arrive pas vraiment à faire son deuil et sombre dans le sexe, drogue et rock’n roll. Et puis elle décide de faire son grand voyage initiatique, le Pacific Crest Trail, une méga rando de plusieurs mois et de milliers de kilomètres, pour se laver l’esprit de tout ça.

Ce que j’ai aimé : Putain, ça m’a donné envie de chausser mes super décat’ et partir loin. Du paysage, en veux-tu, en voilà. Un petit conseil d’amis, ayez toujours un « Google Images » ouvert pendant votre lecture, et allez explorer le parcours de Cheryl. Ça donne envie.

Ce que je n’ai pas aimé : Pourquoi, pourquoi, mais oh grand pourquoi tu ne te lâches jamais Cheryl? C’est ton grand voyage initiatique et tu le partages avec nous, merde! L’auteure nous raconte surtout ses galères de randonneuse, mais part très rarement dans l’introspection, et quand elle le fait, c’est toujours avec retenue, ou au moins, elle ne va pas jusqu’au bout d’elle-même. C’est dommage, parce que c’est un peu ce qu’on vient chercher dans ce genre d’histoires, on s’en fout un peu que ses ongles de doigts de pied se fassent la malle.

Note : 2/5

DianaCagothe


La Horde du Contrevent – Alain Damasio

Posted on

La Horde du ContreventTitre Original : La Horde du Contrevent
Genre :
 
roman, science-fiction, poésie, littérature française
Auteur : Alain Damasio
Année :  2004
Nombre de pages : 736

Résumé : Imaginez un monde où le vent ne souffle que dans un seul sens. Ben voilà, on y est. Forcément, ça fait travailler les méninges : d’où ça vient? c’est quoi l’origine? pourquoi? Donc régulièrement, on forme des Hordes à affronter l’élément et aller découvrir tout ça. Forcément, personne n’arrive au bout, et ça reste mystérieux. Les Hordes, elles parcourent le monde à pied, elle cravachent pour sûrement y laisser. Ici, on va suivre la 34e Horde : elle est composée de 23 élites, chacune sa particularité, chacune sa formation, tous essentiels au reste du groupe.

Ce que j’ai aimé : Bon, clairement, c’est un OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) avec pas mal d’idées et de poésie, notamment tout ce qui concerne le langage autour du vent, voire du langage tout court. A un moment, il organise un tournoi de troubadours, et bon, tout de suite, on voit que Damasio, il en a une grosse…

Ce que je n’ai pas aimé : Ouh, qu’est-ce que je me suis fait chier… Et comme j’ai trouvé ça long comme un jour sans pain… D’abord, il alterne les points des vues des personnages et il y en a beaucoup : d’habitude, ça me rebute pas, mais il symbolise les points de vue par des caractères spéciaux, donc tu dois te reporter à la liste constamment, sachant, que partant d’un point de vue, ce n’est pas forcément le personnage en question qui parle (tu me suis?). Même si tu arrives à reconnaître certains des caractères spéciaux, certains persos interviennent de manière tellement anecdotique que, jusqu’au bout, t’es obligé de faire des reports.
Ensuite, il y a la numérotation à l’envers des pages : ouais, c’est pas grand chose, c’est rigolo, mais  putain, quand tu te fais chier, c’est grave déprimant. En plus, comment te dire, c’est un objet dense, très dense, peu maniable.
Enfin, venons-en à l’histoire elle-même. Si Damasio a construit de bons persos, bien caractéristiques, j’ai eu l’impression qu’il ne faisait rien pour qu’on s’y attache, ou au moins, à quelques-uns : ils sont tellement embourbés dans leurs caractères que ça en devient caricatural, même s’il a dû lire pas mal de « Management Magazine ».management magazine Oui, un bon groupe c’est composé de personnalités, bla bla bla : mais ce qui fait avancer le groupe, c’est la manière dont les gens interagissent et changent les uns par rapport aux autres. Or chacun est embourbé dans son « moi et mes lamentations ».
Comme ça, j’ai eu l’impression de me taper une enfilade de short stories où chacun devait vivre sa Légende Personnelle et, au moment où les spotlights sont sur lui, il doit montrer qu’il a la plus grosse. Et il y en a beaucoup. Super…
Enfin, c’est une fin de merde, certes, prévisible depuis les 20 premières pages. Mais quand même, jusqu’au bout j’ai cru que l’auteur ne se laisserait pas aller à la facilité…
En conclusion, je ne te remercie pas, Alain Damasio…C’est bon, tu avais bien prouvé que tu avais la plus grosse, mais moi, les Yngwie Malmsteen, ça ne m’excite pas…

 

Note : 1/5

DianaCagothe