La Fortune des Rougon – Les Rougon-Macquart 1 – Emile Zola

Posted on

 

la fortune des rougonGenre :  roman, classique
Auteur : Emile Zola
Année :  1871
Nombre de pages : 435

Résumé : C’est l’été, il y en a qui en profitent pour buller avec de la chick-lit sur la plage, d’autres avec du roman de gare. Pour moi, c’est une période propice aux grandes sagas. Et quoi de mieux, que de replonger dans les Rougon-Macquart.
Comme tout le monde, j’en ai avalé quelques-uns dans ma période scolaire. Mais il faut bien qu’un jour je connaisse l’histoire de cette famille. Et c’est maintenant!
Tout commence avec Adélaïde Fouque : épouse de Rougon, elle a un fils Pierre. Veuve, elle trouve le grand amour avec un contrebandier du nom de Macquart, et de cette union naîtront Ursule et Antoine. Et voilà le grand commencement!
Tout ce petit monde là grandit. Pierre Rougon se marie à Félicité et à eux deux rêvent de pouvoir. Ils sont malins et pleins d’avidité et de vilenie. Ils vont y arriver. Du côté Macquart, Ursule se fait marier par son grand frère, et elle a, entre autres, un fils Silvère. Ce petit gars va tomber amoureux de Miette, et ensemble ils vont vivre l’aventure avec le coup d’état de 1851.
Toutes les bases sont posées, plus que 19 romans pour terminer cette saga!

Ce que j’ai aimé : Tout, les grandes sagas me fascinent, et j’ai hâte de suivre les aventures de cette famille. A emmener dans vos valises absolument pour vos parties de campagne! Ca se lit très bien : de toute manière, il ne faut pas rester sur des traumatismes collégiens; les grands classiques se savourent à l’âge adulte.

Ce que je n’ai pas aimé : Rien!

Note : 5/5

Nancy


Les Testicules de Jeanne d’Arc…. et autres surprises de l’histoire – Phil Mason

Posted on

Les testicules de Jeanne d'ArcTitre Original : What needled Cleopatra… and other little secrets airbrushed from history
Genre :
 
essai, historique
Auteur : Phil Mason
Année :  2013
Nombre de pages : 328

Résumé : On le sait très bien, pour créer un bon mythe, il faut un bon marketeux qui nous vende un bon concept qui viole bien le cerveau pour que ça reste gravé à tout jamais à l’intérieur du dedans.
Forcément, l’histoire qu’on nous apprend à l’école (ou les médias qui font l’actualité, par exemple) est remplie d’enrobages (au moins ça). Phil Mason nous met dans le bain avec sa dédicace de départ : « A Phillip, qui a déjà suffisemment de difficultés avec l’Histoire. Voici pourtant quelques petites choses à désapprendre. Désolé, fiston! »
On en apprend beaucoup sur l’histoire des Etats-Unis, où la déclaration d’indépendance du 4 juillet ne date pas vraiment de cette date, que l’abolition de l’esclavage n’est pas forcément auréolée que de bonnes intentions. Certains personnages historiques, ayant gardé une bonne auréole n’étaient pas tant saints que ça : Charlot était exécrable, Lewis Carroll avait comme loisirs de prendre en photo des petites filles nues, Gandhi était un peu dans le même genre. Sur les sciences, on apprend également certains dessous. Une histoire m’a particulièrement touchée, c’est celle de la création du système métrique, jalonnée d’étapes « pas de bol ».

Ce que j’ai aimé : Plein de petites historiettes, à mettre aux WC, et à picorer!

Ce que je n’ai pas aimé : Je pense que ça ne doit pas se lire d’une seule traite. On s’en lasse un peu parfois.

NDLR : Merci mon chéri pour ce somptueux souvenir de vacances!

Note : 4/5

Nancy Tristan Kwaite



Mascarade Silésienne Tomes 1 et 2 – Honor Harrington 6 – David Weber

Posted on

 

mascaradesilesienneTitre Original : Honor among enemies
Genre :
 
roman, space opéra, militaire, science-fiction
Auteur : David Weber
Année :  1996
Nombre de pages : tome 1 : 320, tome 2 : 320

Résumé : Avec cet opus, on se rend compte que le cycle Honor Harrington est une succession de hauts et de bas, on a eu droit à du space op galactique, du planet opéra, certains mouvementés, d’autres plus mous et on s’accorde tous à dire que le tome 1 “Mission Basilic” est le meilleur. Et bien là, David Weber sert un tome 6 dans la même trempe que le tome 1 : notre héroïne adorée reprend du service dans l’armée de sa majesté et donc aux commandes d’une flotte. Le début est assez classique dans le genre, on a besoin d’une tête brulée pour réaliser une mission impossible et vous avez bien sûr deviné qui va relever le défi. Les champs classiques de l’univers sont abordés : le management, les rapports humains, et la stratégie de guerre.

Ce que j’ai aimé : Les stratégies de déplacements dans les combats, les descriptions des architectures des vaisseaux lors des avaries ou des maintenances.

Ce que je n’ai pas aimé : La lecture est un peu moins fluide que le cycle de la flotte perdue, il faut parfois s’y reprendre à deux fois pour bien visualiser certains mouvements de flottes.

Note : 5/5

Tristan


Voyages en Absurdie – Stéphane de Groodt

Posted on

 

Voyages en absurdieGenre :  nouvelles, humour
Auteur : Stéphane de Groodt
Année :  2013
Nombre de pages : 200

Résumé : Difficile de faire un résumé de ces chroniques. Stéphane de Groodt sévit sur Canal+ depuis quelques années avec ses « Retours vers le futur ». Il imagine des rencontres virtuelles avec des grands de ce monde, vivants ou morts. Ces rencontres sont généralement cocasses, et l’objet de jeux de mots à tours de bras. Et parce qu’une citation sera plus évidente :
« D’une simple touche sur mon clavier à spirale j’ai rencontré Reza Pahlavi, le fils de feu le Shah et de la chatte, ai vu danser Régine le twist à gaine, me suis transporté de la baraque d’Obama au jacuzzi de Silvio, me suis encastré dans Fidel, suis entré dans la reine, ai fait marcher Delon en large, ai été à la peine avec Jean-Marine, et laissé à terre Mitt… »

Ce que j’ai aimé : Ses jeux de mots sont vraiment très très forts, on a parfois du mal à le suivre, mais c’est ce qui fait son charme. Redécouvrir ses chroniques à l’écrit m’ont parfois éclairée sur certains jeux de mots. Et puis c’est un bon petit livre de WC pour vos invités, on lit une chronique et puis s’en va!

Ce que je n’ai pas aimé : Ça manque de nouveauté. Si comme moi tu es une fidèle fan, ça sent le réchauffé, j’aurais bien aimé des extra-bonux.

Note : 4/5

Nancy