Nuits-Lumière, mystères en Guillestrois – Pierre Bordage

Posted on

nuits-lumièreTitre Original : Nuits-Lumière, mystères en Guillestrois
Genre :
 
roman, fantastique, littérature française
Auteur : Pierre Bordage
Année :  2002
Nombre de pages : 94

Résumé : Frank, assistant réal, est avec Sarah, régisseuse, dans le Guillestrois (Hautes-Alpes) pendant quelques jours pour faire des repérages pour un film. Frank, c’est un peu le quadra qui entend arriver le démon de midi. Son couple bat de l’aile, et son unique fille, il l’aime, mais bon. Il espérait que ça lui ferait du bien de passer quelques jours loin de la maison, mais Sarah n’arrête pas de lui remonter les bretelles et de lui faire la morale. C’est sûr, ça n’aide pas à faire le point.
Comme bien souvent chez les mecs (en littérature, tout du moins), ça le fait fuir plutôt qu’autre chose, alors quand il rencontre Doriane, une blonde sulfureuse, pas à cause de ses nibards, mais plutôt par son côté évanescent, le sang de son zgègue ne fait qu’un tour et il se laisse embarquer dans l’aventure extra-conjugale. Doriane finir par disparaître en laissant derrière elle une énigme, que Frank sent bien qu’il devra résoudre pour la retrouver. Il fait alors alliance avec le premier venu, enfin un mec qui tombe vraiment bien, Arsène Lampard, qui est mystique et est à deux doigts de résoudre l’énigme qui le hante lui aussi depuis bien longtemps.

Ce que j’ai aimé : Le style simple et très léger de ce roman. Idéal pour une après-midi en terrasse, il ne demandera pas trop de concentration et surtout, ne nous amènera pas à réfléchir beaucoup.

Ce que je n’ai pas aimé : Le roman se lit comme un dépliant amélioré de l’office de tourisme de Guillestre. En effet, Bordage a écrit pour le festival Fantastic’Alpes qui se déroule dans la ville. On sent tout de suite qu’il s’est efforcé d’insérer tous les lieux remarquables du coin et a essayé de les relier en faisant une histoire un peu ouate-deux-phoque. C’est dommage, parce que moi aussi, je me serais bien laissé embarquer ailleurs par la chevelure filasse de Doriane, mais pas dans la lumière des Nuits-lumière. L’auteur aurait-il trop regardé Mystères, cette émission qui sévissait il y a fort longtemps sur TF1?

Note : 2/5

DianaCagothe


Citoyen de la galaxie – Robert A. Heinlein

Posted on

citoyen de la galaxieTitre Original : Citizen of the galaxy
Genre :
 
roman, science-fiction, space opéra, littérature américaine
Auteur : Robert A. Heinlein
Année :  1957
Nombre de pages : 282

Résumé : Un vaisseau d’esclaves arrive sur Jubbulpore. Dans les lots, un gamin maigrichon et mal en point dont personne ne veut. Baslim, un mendiant, l’achète pour une bouchée de pain. Le récemment baptisé Thorby, se fera éduquer par le vieux, qui lui apprendra non seulement à bien mendier, mais lui donnera une instruction assez high-level, dont bon nombre de choses sous hypnose.
Le gamin grandit plutôt bien, finit par être affranchi par son père adoptif mais reste dans les jupons paternels jusqu’au jour où Baslim se fait toper par l’Etat et se fait buter. Comme ça sent le roussi pour Thorby et que Baslim l’avait prévu, il réussit à s’enfuir sur un vaisseau à société matriarcale, où, on l’adopte car la Famille a une dette envers Baslim. Thorby va donc partir aux confins de la galaxie pour découvrir les origines de Baslim et puis les siennes.

Ce que j’ai aimé : Je crois que c’est le premier Heinlein qu’on aime plutôt bien aux WC. Il se lit bien, pour une fois, ce n’est pas laborieux, et il n’a pas tellement pris de coup de vieux. Les univers, parce qu’il y en a plusieurs, en fonction des étapes de la vie de Thorby, sont plutôt bien construits et on s’immerge bien dans le décor. On se laisse prendre aux aventures de Thorby et on a envie d’en savoir plus, de savoir si l’intuition de Baslim, à savoir que le gamin viendrait de la Terre, est la bonne. Ça se lit en deux coups de crayon, trois coups de cuillère à pot. C’est une bonne lecture estivale.

Ce que je n’ai pas aimé : Le livre se découpe par périodes de la vie de Thorby, et même si les parties en elles-même sont plutôt bien foutues,  j’ai du mal à voir le lien entre elles, et ça donne un côté plutôt décousu au roman. Concernant la « philosophie » ou la « morale », le concept de la liberté est un peu trituré mais d’une manière un peu simpliste, voire un peu trop : genre « il est esclave mais bien plus libre que lors de ses voyages spatiaux », alors que le héros, en fait, se sent toujours plus ou moins encombré par ce concept de liberté.

Note : 4/5

DianaCagothe


Challenge S4F3S2

Posted on
Je sais, je suis un peu en dents de scie sur le blog en ce moment : avec les grèves, et la surcharge de taf, j’ai pas mal pris la bagnole pour aller bosser, et ça se ressent sur mon rythme de lecture. En même temps, j’ai comme qui dirait un peu une panne. Je commence des livres, ne les finis pas.
Bref, c’est la morosité. Et comme la blogo fourmille de bonnes idées pour se motiver et rendre la lecture sportive, je suis tombée pour une fois, sur un challenge qui me tentait (il a un acronyme imbitable, mais qui ouvre l’imaginaire).
Je suis tombée sur le blog de Xapur, un sfffeux qui fait de bonnes chroniques. L’année dernière, il avait déjà mis le challenge en place, mais j’étais passée à côté. On retrouve pour une saison 2 le Summer Short Stories of SFFF.
Le but, c’est de lire de l’imaginaire : science-fiction, fantasy, fantastique. Pour le côté « Short », il faut que ce soient des bouquins entre 80 et 350 pages : ça va sûrement remédier à ma panne, les petites crottes, ça passe toujours mieux.
Pour le côté « Summer », même si j’ai du mal à y croire, Summer is coming et le challenge durera du 20 juin au 22 septembre.
Côté PAL (aka Pile à Lire), je ne me suis pas mis une grosse pression : je vais lire tous mes Librio et les quelques uns qu’il me reste de Kwaite et que je veux lui rendre.Pour certains, j’ai comme un doute sur le côté SFFF, mais je vais les (re)lire, pour m’ôter tout doute.
les cinq cents millions de la begumfaustla pierre parlantepolariscontes fantastiques de noël
la dimension fantastique 2la dimension fantastique 3le futur a déjà commencénuits-lumièrecelui qui attend
Je viendrai mettre à jour le billet au fur et à mesure of cœurse. Bisous bisous, et joyeux summer.DianaCagothe
PS: voici les livres vraiment lus, t’as plus qu’à cliquer sur les couv’.
citoyen de la galaxie

WC, le meilleur endroit pour lire, tu crois pas si bien dire…

Posted on

Bon, depuis, que j’ai déménagé, je me dis que les cartons de livres, ça pèse un max. Et pour certains, je sens qu’il est temps qu’ils volent vers d’autres cieux. Non pas parce que je ne les ai pas aimé, ni parce que je ne les relirai pas…

Au départ, je me suis demandé si j’allais ouvrir une boutique sur un site de vente d’occasion. Mais, ça me branche pas : beaucoup de logistique, une vente quasiment à perte, et un échange inexistant sur le bouquin, mais sur la rapidité et la qualité du colis. Courir comme une dératée après les commentaires positifs? Très peu pour moi…

Je me suis alors intéressée au concept du bookcrossing :

« Le bookcrossing, autrement appelé BC ou BX, est un phénomène mondial dont le principe est de faire circuler des livres en les « libérant » dans la nature pour qu’ils puissent être retrouvés et lus par d’autres personnes, qui les relâcheront à leur tour.

La base du bookcrossing est un site web, qui permet principalement d’enregistrer les livres et de suivre leur parcours. Si quelqu’un décide de relâcher un livre en bookcrossing, il obtient sur le site un numéro identifiant unique (BCID pour BookCrossing identifier) qui permet de garder trace du voyage du livre. »

Le concept, j’adore, le site, j’y pane pas un poisson au martini. Alors, bon, je me dis que la structure, c’est définitivement pas mon truc. Mais à force de me turlupiner, je me suis dit que j’avais pas besoin de structure pour lancer mes petites bouteilles à la mer. Et puis, ça faisait longtemps qu’on lisait beaucoup ici, mais qu’on ne voyageait pas beaucoup dans le tréfonds de l’humanité.

Alors, je prépare mes petits livres, avec un petit mot dedans, je les cellophane, parce qu’un accident est si vite arrivé.

 

Je viendrai mettre ce billet à jour, avec des miniatures et les billets des livres, en fonction des envolées lyriques et prosaïques de mes chouchous. Si tu en as trouvé un, clique sur la couv’ et laisse nous un petit mot, ça mettra des papillons dans mon cœur !

Guide de Survie en territoire ZombieLes Justes

 

 

 

 

 

DianaCagothe


Les Années Charlie 1969-2004 – François Cavanna et Philippe Val

Posted on

Les Années CharlieTitre Original : Les Années Charlie 1969-2004
Genre :
 
BD, politique, littérature française
Auteur : François Cavanna et Philippe Val
Année :  2004
Nombre de pages : 145

Résumé : Pas très dur de résumer, il s’agit ici d’égrener la vie de l’hebdo depuis sa naissance sur les cendres d’Hara-Kiri, de contextualiser un peu les dessins présentés pour chaque année.

Ce que j’ai aimé : Le format du livre 25×34 cm. Je n’avais jamais lu un livre de cette taille : du coup, j’avais l’impression que le monde était grand et que je redevenais petite. Ça tombe bien, j’ai emprunté ce livre à la biblio pour me retrouver, non pas en enfance, mais à la fin de mon adolescence, période où j’étais lectrice assidue du journal. Le fait que l’édition date de 2004, donc « Avant » redonne au journal sa légèreté, son humour pipi-caca et son côté incisif-doigt-dans-la-plaie-purulente. Rien n’est idéalisé et pas de pleurnicheries, ni de sacralisation. J’ai aussi pu refermer une page sur Charlie, ce journal que j’avais tant aimé, mais qui correspond à une de mes époques. J’ai pu voir qu’ils n’avaient jamais changé d’un iota, c’est juste moi ainsi que le monde qui m’entoure qui a changé. Bref, à lire un après-midi pluvieux sous un plaid avec un bon café, ou pour passer le temps à #NuitDebout, qui sait.

Ce que je n’ai pas aimé : J’en ai chié sur la première moitié : un manque de contexte politique (pour les années 60-70 surtout). Il y a sur certaines planches également trop de dessins, ce qui les rend rikiki et assez illisibles.

Note : 2/5

DianaCagothe